Avec la dissolution de l’Assemblée nationale hier, les préparatifs en vue des élections générales anticipées, avec la date encore en suspens, ont connu un véritable coup d’accélérateur au sein de l’état-major des deux principales alliances. Ainsi, du côté de l’Alliance PTr/MMM, outre la rédaction du programme gouvernemental, on met l’accent sur deux aspects prioritaires : l’agenda économique et le volet politique d’un éventuel gouvernement rouge/mauve au lendemain de la proclamation des résultats.
Les séances de travail regroupant le Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam, le leader du MMM, Paul Bérenger, et le Shadow Finance Minister, Rama Sithanen, devront se multiplier dans les jours à venir. L’objectif est d’élaborer une roadmap pour la relance économique échelonnée sur les prochains cinq ans, de même qu’une stratégie visant à éradiquer la pauvreté extrême affectant quelque 7 000 familles, représentant 2 % de la population. Les premiers recoupements d’informations glanés par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que l’élaboration de cette roadmap quinquennale a déjà atteint un stade avancé par rapport aux orientations et aux axes de développements, la prochaine étape devant être consacrée à un exercice de fine tuning entre les principaux dirigeants de l’Alliance PTr/MMM. La teneur de ce document économique devrait en principe constituer l’ossature du premier Budget d’un éventuel gouvernement de transition vers la IIe République avec Navin Ramgoolam en tant que Premier ministre.
La préoccupation majeure de la direction de l’economic team de l’Alliance PTr/MMM demeure un plan d’action à court terme pour insuffler un nouvel élan aux principaux secteurs de l’économie, d’autant plus que le principal marché d’exportations de biens et services, l’Union européenne, continue à faire face à de graves difficultés, contrairement aux États-Unis et à la Grande-Bretagne.
Dans cette perspective, il n’est pas exclu qu’une des propositions à l’étude et susceptibles d’être retenue par le leadership du PTr/MMM concerne un Short term stimulus package pour encadrer des secteurs économiques, dont le tourisme, les activités du Seafood hub et des TIC. Les modalités de ce Stimulus package devront être précisées en tenant en ligne de compte des moyens financiers disponibles.
L’adoption de Stimulus package à court terme devra permettre à Maurice de s’éloigner de la zone de faible taux de croissance pour retrouver un taux d’au moins 4 % en 2015, avec une moyenne de 5 % annuellement à moyen terme. Cette politique visera à encourager les investissements pour remonter de 20 % du Produit intérieur brut (PIB) à 25 % au moins en mettant l’accent sur les investissements privés et le Foreign direct investment (FDI).
« C’est le seul moyen pour amorcer ce tournant sur le plan économique et envisager la création d’emplois productifs pour les jeunes et la main-d’oeuvre féminine, entre autres. Des mesures sont également prévues à moyen terme pour requinquer le niveau de compétitivité », a laissé entendre Rama Sithanen, hier, lors d’un congrès PTr/MMM à Quatre-Bornes (voir texte plus loin).
Sur le plan social, l’Alliance PTr/MMM fait état de sa détermination à éliminer la spirale de pauvreté extrême dans laquelle se trouvent quelque 7 000 familles. « Li kler ki bizin enn krwasans robis, zis, ekilibre ek inklisiv », déclare Rama Sithanen, ajoutant que « we want to make extreme poverty History ». En complément de cette stratégie contre la pauvreté extrême, des actions seront également initiées pour réduire les inégalités sociales ou encore en contenir les écarts, avec des programmes d’investissements dans l’infrastructure et surtout la formation avec pour ambition que « the arising tide lift all boats ».