Avec l’annonce officielle hier après-midi de la conclusion de l’Alliance Lepep de l’opposition – avec le MSM, le PMSD et le ML faisant front commun face au bloc Ptr/MMM pour les prochaines élections anticipées –, les états-majors politiques mettent les bouchées doubles, que ce soit sur le plan de la mobilisation des troupes sur le terrain ou encore avec les préparatifs pour le programme électoral et le calendrier des principales étapes de la campagne, la dissolution de l’Assemblée nationale étant attendue pour le 6 octobre au plus tard. Dans le camp du Ptr/MMM, le comité sur les amendements constitutionnels en vue de l’avènement de la IIe République et du partage des pouvoirs entre le Président, élu au suffrage universel, et le Premier ministre, s’est réuni à la mi-journée après celui sur le programme électoral d’hier. En parallèle, les deux leaders, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, sont en réunion depuis 12 heures avec, comme principal item à l’agenda, l’Electoral Musical Chair des candidats dans les 20 circonscriptions de l’île.
Le comité constitutionnel Ptr/MMM comprend l’Attorney General Satish Faugoo, Mes Milan Meetarbhan, représentant permanent de Maurice aux Nations Unies, à New York, et Sanjay Bhuckory pour le Labour. Le MMM est représenté sur cette instance par Alan Ganoo, Veda Baloomoody et Reza Uteem. Cette première réunion s’est déroulée dans les locaux de l’Attorney General’s Office à partir de 12h30.
Au cours de cette première séance de travail, les membres du comité – à l’exception de Me Meetarbhan – ont passé en revue les principales propositions contenues dans l’accord électoral signé samedi par Navin Ramgoolam, Premier ministre et leader du Labour, et Paul Bérenger, leader du MMM. Ils comptent établir un calendrier et un plan de travail en vue de traduire, en termes d’amendements constitutionnels, le déroulement de l’élection présidentielle.
Les différents modèles existants seront étudiés par le comité, qui prévoit des échanges réguliers avec les deux leaders pour des détails au sujet des policy guidelines. Ce comité aura également pour mandat de recommander des noms d’experts constitutionnels pour la composition du panel en vue de donner le feu vert au Second Republic Bill, avec des pouvoirs additionnels au Président de la République à être présenté à l’Assemblée nationale après les prochaines élections.
Dans les milieux proches de ce comité constitutionnel, on évite d’imposer un délai en ajoutant que « le travail prendra le temps qu’il faudra », et ce tout en rassurant que la tâche sera accomplie dans les meilleurs délais.
La première réunion du comité de l’alliance Ptr-MMM, responsable de l’élaboration du programme électoral, a débouché hier sur la constitution de plusieurs équipes de travail conjointes pour plancher  sur une liste de thèmes précis. Ils se sont donnés deux semaines pour faire cet exercice avant la tenue d’une nouvelle réunion plénière consacrée, cette fois, à la mise en commun du travail effectué par chaque groupe.
« Cela a été une rencontre cordiale marquée par une convergence de vues sur le programme gouvernemental », a déclaré Rama Sithanen au Mauricien. Le programme, explique-t-il, s’articulera ainsi autour des huit priorités définies par les deux leaders de l’alliance. La première concerne un agenda économique visant à permettre de relancer la machine de la croissance et d’accroître les investissements publics. Ensuite, un agenda social axé sur la croissance inclusive et la prospérité partagée, avec un accent sur une stratégie visant à réduire la pauvreté à travers la création d’emplois, les investissements, la réforme de l’éducation, la construction des logements sociaux et la création de petites entreprises. Troisièmement, un agenda pour le développement durable, qui prendra en considération l’efficience énergétique et l’énergie mixte, entre autres.
Le point suivant est un agenda de développement, afin d’accélérer la promotion de Maurice au niveau d’une “high income economy” avec une prospérité partagée. Cinquièmement : un agenda démocratique avec l’approfondissement et l’élargissement de l’espace démocratique. Ensuite, un agenda visant à consolider l’unité nationale et la cohésion sociale. Septième point : un agenda de lutte contre la fraude et la corruption, dont le point fort sera la création d’un Independent Serious Fraud Office, le contrôle du financement des partis politiques et la présentation d’une Declaration of Assets Act concernant tous les “public officials”. Et enfin, un agenda visant à promouvoir la transparence et la bonne gouvernance dans les affaires du pays.
Chaque sous-comité institué sera composé de représentants du Ptr et du MMM. Par exemple, Rama Sithanen, cité comme future ministre des Finances, travaillera sur un agenda économique et social échelonné sur cinq ans ainsi que sur la lutte contre la pauvreté. L’agriculture et l’agro-industrie, elles, seront traitées par Jayen Cuttaree, tandis que Satish Faugoo se penchera sur la réforme électorale et constitutionnelle, le law and order, le judiciaire ou encore l’ICT, entre autres. Quant à Mico Arunasalon, il s’occupera du dossier de la politique touristique.
Outre Rama Sithanen et Jayen Cuttaree, le comité est composé de Milan Meetharban, Steven Obeegadoo, Pradeep Jeeha, V. Ramchurn, Nita Deerpalsing, Mico Arunasalon, Vijay Makhan, Satish Faugoo et Kader Sayed Hossen.