Quarante-huit heures après la rencontre au Treasury Building entre le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le leader du Front Solidarité Mauricien (FSM), Cehl Meeah, au sujet d’un transfert de fonds de l’ordre de Rs 25 millions en lien avec le réseau de drogue Gros Dereck, le suspense est toujours de mise. Même si le nom du ministre cité dans cette affaire circule dans presque tous les milieux, aucune confirmation officielle du moindre détail de ces dénonciations n’a pu être obtenue.
Du côté de Cehl Meeah, d’où est partie l’affaire après son interpellation supplémentaire à l’Assemblée nationale lors de la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition Paul Bérenger sur le réseau Gros Dereck, l’on tient encore parole au sujet de l’identité du ministre incriminé ou encore des détails de cette transaction bancaire. Mais lors des réunions privées organisées dans des arrondissements de la capitale, mardi soir, où le FSM brigue les suffrages urbains, cette affaire est abordée par les différents intervenants, dont le leader.
Ainsi, hier, à Vallée-Pitot où il prenait la parole, Cehl Meeah a réclamé la démission et l’arrestation du ministre dont il avait communiqué le nom en écrit lors de la réunion de lundi au Prime Minister’s Office. Dans l’entourage politique proche du leader du FSM, l’on souligne que le compte à rebours a déjà été enclenché et laisse comprendre qu’un délai de 48 heures est nettement suffisant pour que les autorités procèdent à la vérification du nom du bénéficiaire et des acteurs dans ce transfert allégué de fonds de Rs 25 millions de la bande à Gros Dereck.
Ces mêmes milieux soutiennent que le délai pourrait arriver à échéance dès ce soir pour permettre au Premier ministre d’agir et que le dirigeant du FSM pourrait animer un point de presse avant la fin de la semaine pour passer en revue l’évolution de la situation par rapport à ce ministre présumément lié à des trafiquants de drogue et le cas de deux autres parlementaires dans le viseur de Cehl Meeah dans cette même affaire.
Du côté de l’hôtel du gouvernement, très peu de renseignements ont transpiré depuis la réunion de lundi entre Navin Ramgoolam et Cehl Meeah et celle d’hier matin. Vu que le nom du ministre ciblé a été soumis au chef du gouvernement en écrit, aucune autre source n’est en mesure de confirmer ou d’infirmer tout détail dans cette affaire. Techniquement, les responsables du National Security Service (NSS) et d’autres spécialistes d’Intelligence Gathering dans d’autres agences ont été sollicités pour procéder à la vérification des éléments incriminants fournis par le leader du FSM.
Les prochaines heures risquent d’être déterminantes dans un sens aussi bien que dans l’autre dans ces allégations de transfert de fonds pour le compte du réseau de Gros Dereck, le mécanicien tout de blanc vêtu de Richelieu…