Pour lutter contre la pollution de l’environnement et l’insalubrité publique, les autorités réitèrent le slogan To zété, to tassé. Slogan mis à jour en 2009 par le ministre du Tourisme d’alors, Xavier Duval, qui s’était lui-même inspiré de la campagne To zété, to payé lancée en 2000 par le ministre de l’Environnement Rajesh Bhagwan sous le gouvernement MSM-MMM. L’actuel ministre du Tourisme, Michaël Sik Yuen n’est pas allé loin pour trouver le nouveau motto pour tenter de motiver les Mauriciens à ne pas salir leur environnement.
Avant la mise en application des sanctions – qui incluent, selon nos informations, une amende allant jusqu’à Rs 25,000, voire la prison –, le ministère du Tourisme procède à une campagne de sensibilisation visant à amener chaque Mauricien à nettoyer son environnement. Le coup d’envoi a été donné, hier, à Grand-Baie en présence du ministre des Collectivités Locales, Hervé Aimée, ainsi que de Mukeshwar Choonee et Lormus Bhundoo, respectivement ministre des Arts et de la Culture et ministre de la Santé, également députés de la circonscription No 6, Grand-Baie/Poudre d’Or. Objectif : promouvoir l’île Maurice Durable (MID). Principalement auprès des touristes et des investisseurs étrangers.
S’adressant aux habitants de Grand-Baie, hier, le ministre Sik Yuen rappelle que la viabilité de notre industrie touristique dépend de 3 axes principaux: l’accessibilité, la visibilité et l’attractivité. C’est ce dernier élément qui motive les autorités à prendre en mains l’environnement de Maurice, à travers l’élimination des eyesores. Après Grand-Baie, cette campagne s’étendra à d’autres sites touristiques tels Pereybère, Belle Mare, Mon Choisy, Bel Ombre, Flic en Flac et Port-Louis. Le nettoyage des rues inclut le ramassage des chiens errants, soulignent les orateurs présents au lancement de la campagne de nettoyage de Grand-Baie. C’est ainsi qu’on apprend que des pourparlers avec la MSPCA ont été engagés afin que l’organisme procède également au ramassage des chiens errants durant la nuit. Pour démarrer la campagne de nettoyage, les ministres présents ont procédé à la mise en terre de trois plantes endémiques dans l’enceinte du centre social de Grand-Baie.
Dans quelques jours, le slogan To zété, to tassé referra surface. Peu bavard sur cette campagne, Michaël Sik Yuen indique simplement que cette nouvelle traque des pollueurs se fera avec la collaboration du ministère de l’Environnement. Le ministre de tutelle étant absent du pays, la date de l’entrée en vigueur des sanctions en cas de pollution n’a pas été divulguée. Pour d’aucuns, si ce slogan ressorti des tiroirs revient avec force, la guerre contre l’indiscipline et l’insouciance publiques est loin d’être gagnée, les Mauriciens étant surtout habitués, en dépit des campagnes à to zété, to pa tassé.