À une semaine des élections régionales à Rodrigues, l’OPR et le MR se sont livrés, hier, à une démonstration de force avec leurs derniers grands rassemblements publics. Le parti de la bougie avait réuni ses sympathisants à Malabar et celui des « ti bateaux » ses partisans sur la plage de Mourouk. Deux manifestations précédées de défilés de motos, de vans, de camions, d’autobus et de voitures et alternant discours et intermèdes chantés et dansés, surtout à Mourouk.
Ces deux manifestations étaient une démonstration de force pour tenter de créer la dynamique devant convaincre les indécis, les réticents et les déçus des deux partis dont les voix auront une importance particulière pour les élections de dimanche prochain.
Comme de coutume lors de ce genre de manifestations, chaque camp affirme avoir bien mieux fait que son adversaire en termes de foule rassemblée. Si à Malabar la foule était ordonnée et attentive aux orateurs – avec même une pointe de ferveur quand Serge Clair a pris la parole – l’ambiance était plus à la fête à Mourouk avec un DJ, beaucoup de chansons et de danses endiablées entre les interventions des différents orateurs. Serge Clair a été un des grands sujets des discours d’hier. Loué pour son rôle dans le combat pour l’autonomie de Rodrigues et ses qualités de chef à Malabar il a été très critiqué à Mourouk. Plus particulièrement par les anciens OPR passés au MR qui ne l’ont épargné ni sur son âge – il est surnommé “74 ans” – ni sur sa manière dictatoriale de diriger, ni sur ses idées que l’on dit « dépassées ». Toutes ses actions passées et ses faiblesses alléguées ont été soulignées et critiquées, tandis que le travail de Nicolas Von Mally était souligné et salué. À Mourouk, les anciens OPR passés au MR ont été très applaudis surtout quand ils ont expliqué pourquoi ils avaient dû quitter l’OPR et s’en sont pris à Serge Clair.
Il faut dire que les orateurs de l’OPR n’ont pas été très tendres pour leurs anciens camarades passés à l’ennemi, plus particulièrement Arlette Perrine, surnommé « la dernière transfuge » qui après avoir dit vouloir garder son indépendance a fini par rejoindre le MR. Si les “transfuges” ont été fustigés à Malabar, par contre ceux qui sont retournés au bercail OPR ont été chaudement ovationnés. Cela a été le cas en particulier pour Willy Auguste, le propriétaire du Mourouk Ebony, revenu dans « lakaz mama » après un assez long passage au MR.
Partout à Rodrigues hier on abordait le thème des « ti bagaz » – les bribes électoraux – distribués ces jours-ci. Surtout la distribution de tôles et de bois de construction stoppée la semaine dernière par Johnson Roussety. Pour les ténors de l’OPR, il ne s’agit que d’une autre tentative de corrompre les électeurs. Pour ceux du MR, c’était une opération de solidarité envers les plus démunis des Rodriguais, bloqués par l’OPR. Les deux camps ont demandé aux électeurs de redoubler de vigilance et de ne pas accepter de vendre leur vote contre une fausse promesse ou un « ti bagaz ». Si à Malabar on parlait de remettre de l’ordre dans l’administration des terres en revoyant les beaux accordés par le dernier gouvernement, à Mourouk, cette annonce est qualifiée de menace de l’OPR de reprendre leurs terres aux Rodriguais. Les verts ont défendu le bilan de leur action à l’assemblée régionale, l’OPR a fait une analyse des promesses non tenues du MR. À Malabar, Serge Clair a annoncé qu’une des premières mesures de l’OPR serait de faire fermer le bureau que Nicolas Von Mally s’est fait aménager au bloc administratif de l’assemblée régionale. À Mourouk, Nicolas Von Mally a ironisé en disant que le seul programme de l’OPR était de fermer le bureau du ministre de Rodrigues, « un fils du sol ». Des deux côtés, on a dénigré le programme de l’adversaire pour vanter le sien et demander aux Rodrigues de le plébisciter dimanche prochain.
L’ombre de Johnson Roussety et son Front Patriotique Rodrigues, le troisième larron de cette campagne, a plané sur les deux meetings. S’il n’a pas été attaqué à Mourouk, il l’a été, en passant, à Mourouk où il a parfois été question de l’alliance contre nature entre « le taureau et le verrat », noms gâtés de Serge Clair et de Johnson Roussety. Mais le fait que Nicolas Von Mally ait annoncé en fin de meetings une manifestation MR pour mercredi prochain indique que le parti des verts prend très au sérieux la « nuisance value » de Johnson Roussety. Cette manifestation MR, décidée à la dernière minute, est visiblement une tentative pour empêcher les curieux du MR d’aller grossir la foule du FPR qui fête mercredi prochain son premier anniversaire.