Deux anciens directeurs de l’ICAC à Hong Kong, Thomas Chan Chi Sun et Lui Miu Kwan, animeront des ateliers de travail sur quatre jours dans les locaux de la commission anti-corruption pour sensibiliser le personnel aux mesures préventives contre la corruption à Maurice. En ce sens, l’ICAC a bénéficié du soutien de l’Union européenne, qui a déboursé environ Rs 380 000, et du concours du ministère des Finances et du Développement économique, pour la concrétisation de cette démarche.
L’ICAC, dont le rôle consiste à lutter contre tout type de fraude et de corruption affectant le pays, a pris l’initiative d’animer plusieurs sessions de travail avec ses employés pour mieux les préparer à ces types de délits et leur fournir les outils nécessaires pour lutter contre ce fléau. Ce séminaire, qui s’étalera sur quatre jours, a pour thème Corruption Risk Management Training. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce matin, avec les discours du Permanent Secretary du ministère des Finances et du développement économique, Vidianand Lutchmeeparsad, du directeur général de l’ICAC Lutchmeeparsad Aujayeb et d’Eduardo Campos Martins, Minister Counsellor de la délégation de l’Union Européenne.
Le directeur général de l’ICAC, Lutchmeeparsad Aujayeb, a soutenu qu’un tel séminaire aidera le staff de la commission anti-corruption à s’inscrire dans un apprentissage spécialisé et approfondi au plan de la prévention contre les risques de corruption. Ces derniers pourront ainsi par la suite interagir avec les différents stakeholders pour partager leurs connaissances sur la prévention de la corruption. « The phenomenon of corruption, if left unchecked entails high economic and social costs. Transaction cost increases, revenue decreases, investment and economic trust are delayed and public trust is jeopardized », indique-t-il. Selon M.Aujayeb, de telles sessions de travail contribueront, par ailleurs, à améliorer la capacité des participants à répondre à ses risques de corruption et à apporter leur assistance aux secteurs public et privé pour améliorer leurs compétences dans le processus de prévention contre la corruption. Lutchmeeparsad Aujayeb soutient également que 113 corruption prevention reviews ont été menées auprès des corps para-publics et que quelque 2200 recommandations ont été faites. À ce jour, 75 % de ces recommandations ont été mises en oeuvre par ces institutions.
Le Minister Counsellor de la délégation de l’Union Européenne Eduardo Campos Martins, quant à lui, soutient que cette collaboration entre l’ICAC et l’UE sera bénéfique pour prôner la bonne gouvernance et la transparence dans le pays. « La bonne gouvernance et la transparence sont les piliers des valeurs économiques. Le but est de s’entraider dans la lutte contre la corruption. Toutes les mesures prises par la République de Maurice pour combattre la corruption sont la clé pour préserver la bonne gouvernance », affirme-t-il.
À noter que plusieurs personnalités ont été poursuivies en justice par l’ICAC pour des cas de fraude et corruption, notamment l’ex-ministre des TIC et leader du MSM, Pravind Jugnauth, poursuivi pour conflits d’intérêts dans l’affaire Medpoint. Sa sentence d’un an de prison reste en suspens en attendant son appel en Cour suprême. Il y a encore eu le cas d’Ajay Gunness, secrétaire général du MMM, accusé de « using office for gratification ». La cour avait toutefois ordonné l’arrêt des poursuites contre lui.