C’était la panique vendredi dernier chez les habitants de Canal Dayot lorsque la rivière a quitté son lit alors même qu’il ne pleuvait pas. Après qu’ils ont invité les autorités à initier une enquête quant à la cause de ce débordement, les habitants pointent du doigt « le manque d’entretien » dans la rivière. Ils soupçonnent les nombreux rochers provenant des montagnes et ayant d’ailleurs formé un îlot du côté de Sable Noir d’en être une des causes.
Alors que des travaux ont été entrepris par les autorités pour agrandir le canal, les habitants regrettent fortement que l’élargissement n’ait pu se poursuivre jusqu’au bout. Conséquence : « L’étroitesse de cette partie du canal constitue un goulot d’étranglement. » Ils suggèrent par ailleurs qu’une partie de la rivière soit déviée en vue de réduire le volume d’eau. Le ministère de l’Environnement, de son côté, assure que d’ici la fin de la semaine, un contrat sera alloué pour le nettoyage.
Traumatisés par les inondations du 30 mars 2013, les habitants de Canal Dayot n’arrêtent pas de se poser des questions, surtout depuis que la rivière a quitté son lit alors même qu’il ne pleuvait pas vendredi matin, et ce, en dépit des travaux d’élargissement effectués par les autorités. Selon certains habitants, il y a plusieurs raisons derrière. « A un moment donné, on voulait aménager une piste de courses hippiques au Domaine Les Pailles. On a commencé à boucher les drains. Du coup, toute l’eau a été déviée ici », soutient un habitant. Selon son voisin, « ce que les autorités ne comprennent pas, c’est que le problème, ce n’est pas que l’eau. Il y a aussi une partie de la montagne qui s’effondre avec les grosses averses. Des rochers dégringolent et font un blocage. Les autorités disent qu’elles ont nettoyé. Mais, regardez la quantité de rochers, de plantes qui ont poussé ! Ces rochers ont même créé un îlot là-bas, du côté de Sable Noir… »
Notre interlocuteur rappelle que « lorsqu’on construisait la Ring Road, on disait qu’il y avait treize rivières qui se déversaient dans ce canal. Maintenant, on dit qu’il y en a trois. Et, on a toujours des problèmes, de surcroît, même quand il n’est pas en train de pleuvoir ! Nous, les habitants, nous voulons savoir combien de volume d’eau se déverse dans ce canal. Il faudrait une déviation de la rivière. Et, ce n’est pas difficile de dévier la rivière. Si on regarde sur Google Maps on peut avoir une idée nette de la manière dont la rivière fonctionne ».
Du côté du Pont Roussel, des habitants nous montrent les traces des anciennes averses lorsque, sortant de son lit, l’eau de la rivière, de toute sa force, a déformé la “main courante” du pont. « Ce pont reçoit un très grand nombre de voitures chaque jour à l’entrée de la capitale. Imaginez, si elle avait été défoncée ». Une des solutions, selon les habitants, serait de travailler à prévenir la chute de pierres de la montagne.
Rencontré sur place, Jugjeevan Denoo, Senior Inspector du ministère de l’Environnement, devait indiquer que d’ici à la fin de la semaine, un contrat serait alloué pour le nettoyage du pont. Quant aux travaux à être effectués, « cela dépend de la NDU », dit-il.