Photo illustration - iStock

Le cancer a déjà atteint 18,1 millions de nouvelles personnes en 2018 et provoqué le décès de 9,6 millions de patients. Et en moyenne, “1 homme sur 5 et 1 femme sur 6 développera un cancer au cours de sa vie”. C’est ce que révèlent des données publiées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

A travers son étude, le GLOBOCAN réunissant les chiffres de 36 types de cancers à travers 185 pays, le CIRC explique que, tous sexes confondus, les cancers les plus fréquemment diagnostiqués sont ceux du poumon, du sein et la tumeur colorectale. A eux seuls, les cancers du poumon, du sein et du côlon-rectum sont responsables d’un tiers des cas de cancer mortels rapportés sur 2018.

Bonne nouvelle, cependant, l’incidence du cancer du poumon chez l’homme tend à diminuer “dans le nord de l’Europe et en Amérique du Nord”, relève l’étude. Idem concernant “le cancer du col de l’utérus chez les femmes dans la plupart des régions du monde, excepté en Afrique subsaharienne”. Ces bonnes nouvelles résultent “d’une prévention effi cace”.

Cependant, sur l’année 2018, “un total de 18,1 millions de patients a été diagnostiqué et 9,6 millions ont perdu la vie des suites de cette maladie”, apprend-on. Les experts indiquent également que “1 homme sur 8 et 1 femme sur 11 ne survivra pas à la maladie”. Même si, dans le monde, 43,6 millions de patients sont en vie 5 ans après le diagnostic de leur tumeur.

A elle seule, “l’Europe rassemble 23,4% des nouveaux cas de cancers rapportés en 2018, et 20,3% des décès répertoriés”. Et “21% des nouveaux diagnostics et 14,4% des décès surviennent sur le continent américain”.

L’Asie et l’Afrique regroupent respectivement 57,3% et 7,3% des cas de cancers rapportés à l’échelle mondiale. Concernant les décès par cancer, ces données atteignent 48,4% en Asie et 5,8% en Afrique. Dans leur analyse, les chercheurs du CIRC font ressortir que l’ampleur de cette “épidémie” s’explique “par la croissance démographique, le vieillissement de la population”.

Mais aussi “par le développement économique et social (…) l’industrialisation des pays” accentuant par exemple les phénomènes de malbouff e, de sédentarité et le fl éau du tabagisme.