Simple figurant lors des dernières élections avec 6 voix, Samkumar Heeramun sera candidat au poste de commissaire administratif pour la deuxième année consécutive. Lors de l’entretien qu’il a accordé à week-end, notre interlocuteur vient avec quelques propositions pour améliorer la situation du club, mais dans la foulée, il bouscule le régime en place ainsi que les précédents.
Samkumar Heeramun, c’est la deuxième fois, après votre échec de l’an dernier, que vous briguez le poste de commissaire administratif au sein du MTC. Quelles sont vos motivations ?
— Le MTC se trouve actuellement sur une rampe. Il est en train de gravir une pente afin de se redessiner. Une inclinaison inutile peut être lourde de conséquences. Je pose ma candidature, car je souhaite aider le club à avancer et franchir cette étape. Il ne faut pas oublier que cette année le MTC célèbrera son bicentenaire et je pense que tous les membres souhaitent comme moi que cette année soit mémorable tant au niveau de l’organisation des courses que sur les avancements du club. Or, je constate que rien de bouge depuis un certain temps. On est au statu quo. Je ne suis pas là pour critiquer le travail des commissaires en place, mais pour apporter des propositions afin de faire bouger les choses. Car qu’on se le dise, le MTC n’est pas la propriété de X, Y ou Z, mais bien celle de tous les membres.
Quelles seront vos priorités si vous êtes élu au sein du board ?
— Je constate que parmi les autres candidats, on fait de beaux discours. On parle de betting en Afrique du Sud, de politique, ce genre de choses, mais on a oublié la base même de la réussite qu’est la bonne gérance. Il y a plusieurs épisodes qui ont secoué le club récemment comme le non renouvellement du bail sur le terrain de la famille des Gujadhur ou encore des incidents entre un ancien commissaire et un propriétaire. C’est inadmissible que le MTC opère dans l’illégalité alors qu’il dispose de moyens pour gérer la situation, tandis que le code d’éthique devrait être plus rigoureux et inclure les membres du club également. La sécurité sera également parmi mes priorités. Je pense être la personne qu’il faut pour gérer ce genre de situations. Je ne suis pas là que pour parler. Je suis un homme d’action. Si je suis élu, je ne serai pas un commissaire de salon, je serai un commissaire à plein temps. Je suis un battant, un visionnaire. Il ne faut pas penser uniquement au présent, mais avoir une stratégie pour les 50 années à venir. Ce ne sont pas que des mots ou des projets. Je vous parle de réalité. Aujourd’hui le Champ de Mars est transformé en parking les jours de semaine et n’est utilisé qu’un seul jour pour son objet initial alors qu’on aurait pu organiser d’autres évènements pour optimiser nos revenus, à l’instar des courses de chiens comme cela se fait en Grande Bretagne. Je peux vous affirmer que le club n’a pas de problèmes de finances. Le Champ de Mars est une poule aux oeufs d’or. Je dis simplement qu’on peut mieux faire au niveau de la gérance.