Toutes les énergies politiques seront canalisées durant les prochains jours sur l’organisation des rassemblements prévus par les différentes formations politiques le 1er mai prochain. Parlementaires, activistes, sympathisants et dirigeants sont à pied d’œuvre depuis plusieurs jours déjà. Toutes les flottes d’autobus disponibles dans le pays ont déjà été mobilisées. Il semblerait même que les autobus de la CNT ont été pris d’assaut par l’alliance gouvernementale (MSM-ML) alors que les autres partis se partageront les autres compagnies d’autobus ou autobus individuels. Les quatre formations ont déjà donné rendez-vous à leurs sympathisants dans les principales villes du pays : Vacoas pour l’alliance MSM-ML, Rose-Hill pour le MMM, la cour de l’école hôtelière à Ébène pour le PMSD et Port-Louis pour le Ptr.

Il sera difficile cette année de donner à ce jour dédié aux travailleurs son caractère de fête du travail. Surtout en cette année électorale. La pertinence de telles manifestations et leurs effets sur les résultats des élections générales reste cependant à être démontrée. Pour beaucoup d’observateurs, ce sera l’occasion pour les partis de faire étalage des moyens dont ils disposent. « À défaut d’être une démonstration de popularité de tel ou tel parti politique ou alliance, la bataille des foules n’est qu’un “contest of money politics” »,  affirme Jocelyn Chan Low dans une interview accordée au Mauritius Times hier. C’est une manière de voir les choses. Il faut savoir que la location d’un autobus pour cette journée est estimée à Rs 7 000, sans compter les déjeuners prévus pour les passagers. C’est pourquoi Paul Bérenger, du MMM, avait hésité avant de décider d’organiser le meeting prévu à Rose-Hill.

Il faut reconnaître malgré tout que ces rassemblements sont incontournables et font encore partie intégrante du folklore politique mauricien. Ils ont essentiellement pour but de galvaniser les activistes et autres agents en vue de la campagne électorale qui s’annonce. C’est une manière pour chaque parti de sonner le tambour de guerre.

Les observateurs apporteront une attention spéciale à la composition des foules, susceptible de donner une indication sur le mouvement de l’électorat depuis les dernières élections. Il serait intéressant de voir de près combien de « vire mam » ont « devire » ou de constater si, au contraire, l’électorat de l’opposition a glissé vers la majorité.

Il est malgré tout peu probable que le 1er mai donne une indication quant aux alliances potentielles pour les prochaines élections. La dernière séance parlementaire a permis toutefois de se faire une vague idée. L’alliance gouvernementale a projeté l’image d’un bloc soudé. Le ML a soutenu son partenaire, le MSM, lors des débats sur un texte de loi difficile, l’Immigration (Amendment) bill. Le PMSD, échaudé par le Prosecution bill, qui avait provoqué son départ du gouvernement, était gonflé à bloc contre les pouvoirs accrus octroyés au Premier ministre. D’autre part, le « 1 000 fois Baichoo » de Xavier-Luc Duval est interprété comme une manifestation de sympathie pour le Ptr. Le leader du MMM a été plus sobre dans son approche, en insistant sur la nécessité d’avoir plus d’informations et plus de temps pour mesurer la portée des mesures proposées. Mais Pravind Jugnauth continue de faire preuve d’une certaine hostilité vis-à-vis de Paul Bérenger. À ce stade donc, on observe la présence de trois forces politiques : un bloc MSM-ML, une complicité entre le Ptr, le PMSD et le MP, et le MMM, qui fait cavalier seul. Il faudra sans doute attendre la dissolution du Parlement pour voir les configurations politiques les plus probables qui s’affronteront aux élections.

D’ici là, on n’attend pas grand-chose comme message le 1er mai prochain. L’opposition insistera sur l’organisation des élections générales le plus vite possible cette année tandis que l’alliance gouvernementale, elle, misera à fond sur la personnalité de Pravind Jugnauth, sur sa performance en tant que Premier ministre et sur l’organisation éventuelle de l’élection partielle avant les élections générales. En attendant, les passions continueront de s’exacerber, que ce soit au Parlement ou en dehors de l’hémicycle. Cependant, l’arrestation des manifestants de Saint-Paul et de deux membres du Ptr reste très mal vue dans la population. Nous n’oublions pas de souhaiter Joyeuses Pâques à tous les Mauriciens.

Jean Marc Poché