La traditionnelle lettre pastorale du chef de l’Église catholique dans le cadre du carême chrétien qui débute dans quelques jours, porte entièrement sur la foi. En abordant la foi dans la vie quotidienne et les engagements des Catholiques dans la société, Mgr Maurice Piat effleure en trois lignes seulement la question du Best Loser System qui fait débat. Dans l’entourage de Mgr Piat on souligne que le thème de ce prochain mandement de carême « est bien loin de cette question politique spécifique ».
La lettre pastorale est d’habitude très attendue dans la population en raison de la variété des sujets à caractère social qui y sont évoqués comme par exemple l’environnement en 2011 et l’éducation en 2010. Mais cette année l’évêque de Port-Louis change de registre et propose aux Catholiques une réflexion sur la foi et sur la mission de chaque baptisé dans la vie de tous les jours. Le thème est en lien avec la décision du Pape Benoît XVI qui a décrété une année de la foi dans le cadre du 50e anniversaire du Concile Vatican II.
Selon nos renseignements, le choix du thème de cette année rejoint aussi le souhait de nombreux Catholiques qui recherchent, dit-on, « un approfondissement de la foi » en temps de carême.
Mgr Piat présentera cette prochaine lettre le mardi 21 février, soit à la veille du début du carême. Dans sa réflexion le chef de l’Église souligne les réalités plurielles de la société mauricienne et le cadre multiculturel et multireligieux dans lequel les Catholiques sont appelés à vivre leur foi. En montrant comment leur foi peut avoir un impact sur leurs engagements dans la société, l’évêque de Port-Louis ne pouvait faire abstraction du débat en cours portant sur la question du Best Loser System. C’est ainsi qu’il y consacre trois lignes dans sa lettre pastorale en partageant avec les Catholiques trois de ses interrogations : « Pourquoi avons-nous si peur d’être représentés au Parlement par d’autres que les nôtres ? Pourquoi garder dans notre Constitution l’inscription d’une telle méfiance ? Est-ce avec elle que nous allons bâtir une nation mauricienne ? Pourquoi désespérer du Mauricien qui sommeille en nous ? Il n’est pas mort, il dort. Qui le réveillera ? »
Ces remarques pertinentes de l’évêque sur le mauricianisme et qui sonnent clairement comme une remise en question du Best Loser System sont diversement commentés depuis le début de la semaine dans les milieux politiques et par d’autres observateurs de la société mauricienne. Mais Mgr Piat dans sa lettre pastorale ne s’attarde pas sur cette question politique mais en l’évoquant il invite les fidèles catholiques à y réfléchir à leur tour par rapport à leur foi.