— C’est terrible cette politique mauricienne-là. Ca n’arrête jamais, toi.
— Qu’est-ce que tu veux dire ?
— Tu n’es pas au courant ? Tu ne suis pas l’actualité politique ?
— Tu veux dire la grande braderie des transfuges ramassés par le MSM ?
— Le mot transfuge n’est pas juste dans le contexte actuel.
— Hé toi, qu’est-ce que tu veux dire par contexte actuel ?
— Ecoute, ce ne sont pas des députés qui ont cross the floor pour aller rejoindre le gouvernement.
— Tu joues sur les mots, mais sur un point je suis obligée d’être d’accord avec toi. Ce sont des ex-députés ou des aspirants députés.
— Tu vois…
— Mais je vois aussi que ce sont tout de même des membres d’un même parti politique qui ont quitté leur parti pour un autre parti : ce sont des transfuges, toi ! Ou plus exactement des vendeurs…
— Enfin pas tout à fait, quand même.
— Ne fais pas ta comique avec moi, donc ! Tu veux dire qu’ils sont des transfuges à seulement 50 % ?
— Ayo ! Ce sont des gens qui étaient pleins avec leur parti et qui sont allés dans un autre. On est en démocratie, non ? Ils ont le droit de changer de parti, non ?
— Comme par hasard, ils sont allés soutenir le gouvernement qu’ils ont combattu pendant des années et tout ça à la veille des élections générales. Comme par hasard, ils démissionnent, une partie le samedi l’autre lundi. Tu ne vois pas que c’est un truc organisé ?
— Et alors ? Ils n’en pouvaient plus du non-respect des valeurs et des principes au MMM, toi. C’est à cause de ça même qu’ils sont partis.
— Attends un coup-là ! Tu veux dire que ce sont des transfuges qui ont des principes et des valeurs ?
— Tu as une manière bien négative d’interpréter les choses en tout cas.
— Quelle manière négative encore ? Tu as des membres d’un parti qui démissionnent pour aller rejoindre leur adversaire. En politique, il y a un mot pour ça : transfuge.
— Mais ils ont leurs raisons pour avoir fait ça, toi.
— Arrête de causer n’importe donc. Tu veux que je dise la vraie raison derrière tout ça ?
— Ayo je sais ce que tu vas dire. Qu’ils ont fait ça pour avoir leur boutte.
— Comment tu savais que j’allais dire ça ?
— Parce que tu parles exactement comme ceux qui sont restés au MMM.
— Pour une fois, je pense que ceux qui sont restés au MMM n’ont pas tout à fait tort.
— Tu vois. Tu es comme ces diehards mauves-là. Tout ce que la direction du MMM fait est bon.
— Je te rappelle que les transfuges étaient membres de la direction du MMM. Et toi, on dirait que tu es la porte-parole des nouveaux transfuges.
— Je ne les défends pas. J’essaye juste de faire la part des choses, c’est tout.
— La part des choses ! Tu trouves normal que des mauves qui combattent le MSM depuis 2014 deviennent orange du jour au lendemain ?
— écoute, ça fait longtemps qu’ils étaient mal à l’aise. Ils ont décidé de partir.
— Pour aller faire une plateforme militante indépendante qui s’est cassée en deux et dont un bout, leur bout, dit qu’il faut soutenir Pravind Jugnauth ?
— Ëcoute, ils ont leurs raisons.
— Et leurs principes et leurs valeurs. C’est au nom de ces principes et de ces valeurs qu’ils ont accepté des tickets en fonction de leur appartenance communale ?
— Qu’est-ce que tu veux dire ?
— Tu crois que c’est pour les compétences d’Obeegadoo dans l’éducation et celles de Labelle dans la cause des femmes que le MSM va leur donner des tickets aux prochaines élections
— Euh…
— Tout le monde le sait : c’est en tant que membres de la population générale, donc au nom du communalisme, que ces nouveaux transfuges ont été acceptés par le MSM.
— Ecoute, il y a les réalités électorales du pays qu’il prendre en considération…
— Là tu parles comme Pravind Jugnauth. Dis-moi un coup : quels sont les principes et les valeurs que tes nouveaux transfuges défendent en faisant une alliance avec le MSM ?
— Obeegadoo a bien dit que dans le cadre de cette alliance la plate-forme gardait son identité distincte …
— Tandis que Françoise Labelle a dit qu’il n’y avait pas d’alliance de la plate-forme militante avec le MSM, juste un arrangement ! Tu ne crois pas qu’ils devraient se mettre d’accord avant de faire des déclarations les nouveaux transfuges ?
— Mais pourquoi tu t’en prends comme ça à Obeegadoo et à Labelle ?
— Parce qu’ils se sont présentés comme les purs d’entre les purs, ont donné des leçons à tout le monde et aujourd’hui ils font exactement le contraire de ce qu’ils ont prêché. Tout ce qu’ils voulaient c’est avoir leur boutte. Tu te rappelles de ce qu’avait dit Harish Boodhoo à l’époque.
— Ayo, il a dit tellement de choses celui-là !
— Il avait dit, pour expliquer le phénomène des transfuges politiques, que c’étaient des carapates qui changeaient de chien.
— Tu veux dire que…
— Je répète simplement ce qu’il avait dit à l’époque pour décrire les transfuges.