Vijaya Samputh, ancienne directrice générale du Trust Fund for Specialised Medical Care et proche du ministre du Tourisme, Anil Gayan, devra encore se mettre à la disposition de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) pour encore trois séances d’interrogatoire “Under Warning”. C’est ce qui découle de la présence de celle qui s’était octroyé quasi unilatéralement une révision salariale à Rs 323 000 à la tête de cette institution placée sous le contrôle du ministère de la Santé.

Hier, Vijaya Samputh avait rendez-vous dans les locaux de l’ICAC au Réduit Triangle. Mais en l’absence de Me Hervé Duval, Jr, Senior Counsel, retenu par d’autres obligations professionnelles, l’enquête n’aurait pas évolué au rythme escompté. C’est ce qui explique la possibilité de trois autres séances avant que le dossier ne soit bouclé et transmis à l’Office of the Director of Public Prosecutions (DPP) pour “further action” à la veille des prochaines élections générales.

Des indications tendent à confirmer que l’enquête de l’ICAC, axée principalement sur cette révision salariale de plus de Rs 100 000 par mois, en dépit des objections formelles de l’hôtel du gouvernement, porterait sur d’autres infractions aux procédures de gestion financière, dont des cas de double paiement d’allocations lors de déplacements à l’étranger.