Les changements nécessaires face aux défis écologiques, la remise en question du modèle économique, social, la transition écologique, la contribution des mouvements sociaux, CARES (Centre for Alternative Research and Studies), en association avec d’autres mouvements sociaux, suggère des initiatives de renouvellement de notre modèle de développement en lançant un concours destiné aux jeunes de âgés entre 16 et 30 ans. Les participants doivent appartenir à l’un des pays de la Commission de l’océan Indien (COI), Maurice, Madagascar, Réunion, Agaléga, Rodrigues, Comores, Seychelles. Le but : créer une interaction entre jeunes, une réflexion plus approfondie sur la crise climatique.
CARES travaille en parallèle avec les mouvements sociaux pour consolider leurs structures, les dynamiser. Technologie de l’innovation (technologie informatique, engineering, Art (musique, littérature, poésie, vidéo abordant la question climatique) essai (article traitant de la crise écologique en lien avec le thème proposé) : ce sont les trois catégories du concours sur le thème « Un nouveau paradigme pour surmonter la crise écologique ». Date limite des soumissions le 15 juillet 2017 sur le site de CARES. www.caresmauritius.org/schoolofecology.
CARES, on le sait maintenant, est une petite équipe qui joue un rôle actif dans une dynamique de changement avec pour objectif de modifier notre rapport à l’environnement. Le Centre questionne, par exemple, le projet de Smart cities en raison d’une pression qui pourrait être exercée sur notre lagon. Il conteste aussi le modèle touristique qui entraine la pollution et une mauvaise répartition de la richesse en proposant un tourisme alternatif chez l’habitant, en réponse aux projets d’hôtels à La-Cambuse et à Pomponette.
Il est important que les jeunes fasse de propositions concrètes (dans le domaine de l’art, les sciences) pour un monde plus équitable, plus écologique, plus démocratique. Le constat : Maurice est le 7ème pays le plus menacé par le réchauffement climatique, nous dit Stephan Gua, vice-président de CARES. Il déclare, au sujet des interventions du pays dans les sommets internationaux sur la crise climatique : « Moris pa adresse la question dans les faits dan sa bane sommets-la… pena ene remise en question nou modele de production, so cout environnemental ek social… nou senti ki sa débat profond gagne diffikilte pou emerger kot bane jeunes, bane elites economiques, politiques… kan koz crise se ene cise pli profond lier ek crise financiere, politique, civilisationnel, bizin ene remise en question de fond.. ». L’activité humaine est en train de changer la géologie de la terre. Nous somme entres dans une nouvelle ère, poursuit Stephan, Assistant Project Coordinator. « Zordi crise majeure baser lor exploitation de l’humain ek la natir… eski la natir li en objet a l’humain ou nou bizin resituer nou place ? » s’interroge le vice-président de CARES.
Le concours a été pensé depuis 3 ans et vise à créer un espace entre les jeunes, à mobiliser plus de personnes. Il s’agit aussi de donner plus d’importance aux actions de « Aret Kokin Nu Laplaz » (AKNL), une organisation non gouvernementale basée à Maurice. La question écologique est aussi une question politique, un choix concernant notre façon de produire et consommer. « Nou kapav ale vers ene lot organisasyon sociétale ki bane politique pas pe créer… ena lezot model ki pa poluer, reparti la risess de manier ekitab… si nou envi sorti de sa crise li importan ggne acces a la terre pou ene transition agricol… » poursuit Stephan Gua. A noter que le gagnant du concours sur le thème « Un nouveau paradigme pour surmonter la crise écologique » aura l’occasion de participer au sommet alternatif à la COP 23 à Bonn, Allemagne, en novembre 2017. La 23e conférence de l’ONU sur le climat sera organisée par les îles Fidji.