Militants progressistes, ils veulent faire réfléchir sur les choix en matière de production énergétique et de modèle économique. En lien avec d’autres mouvements sociaux, le Centre for Alternative Research and Studies (CARES) veut disséminer la connaissance. Une conférence est prévue le vendredi 15 novembre à Bell Village.
Dans sa philosophie, CARES ne se contente pas d’élever la voix contre le système capitaliste imposé par les gouvernements. Ses membres remettent en question les privilèges d’un petit groupe de personnes. L’ONG dénonce le contrôle tacite de l’économie et de la production énergétique à Maurice à travers des contrats mirobolants octroyés aux Independent Power Producers (IPP) du secteur privé, qui produisent 60% de nos besoins en électricité, alors que cela aurait dû être le rôle du Central Electricity Board (CEB). “Cela a créé une bourgeoisie d’État”, estime Michel Chiffonne, secrétaire de CARES.