Les employés de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL), regroupés au sein de la Port-Louis Harbour and Docks Workers Union (PLHDWU), exaspérés par « les agissements inhumains » de leur managing director, Gassen Dorsamy, exigent la démission ou la révocation de ce dernier. Ils se disent victimes « de harcèlement et de discrimination », entre autres. Depuis mars 2015, la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) réclame pour sa part le départ du managing director.
« Zordi nou ena enn managing director dan CHCL ki enn dimounn anti-travayer, anti-sindika. Li tris pou dir, me dan lintere lepor ek pei, li bizin ale ek demisione. Si li pa oule demisione, nou demann gouvernman rezilie so kontra », s’est énervé José François, le président de la PLHDWU, qui, entouré de ses plus proches collaborateurs, a animé jeudi une rencontre avec la presse à l’hôtel St-Georges, à Port-Louis. Selon José François, le managing director de la CHCL, Gassen Dorsamy, « fer dominer ek travayer ek arsel zot ». Il poursuit : « Dan so latet, li krwar ki li finn gagn garanti pou fer seki li anvi. Fer met travayer deor, penaliz zot, fer represion, menas travayer, kass bann kontra san ki travayer ena so mo a dir ek amenn divizion parmi bann travayer, servi bann sindika lepor enn kont lot ek fer lager. An plis, li inimin, li pena santiman pou travayer. Ou bonzour, li pa reponn. » Il a par la suite fait d’autres sérieuses allégations contre Gassen Dorsamy, l’accusant notamment de faire de la discrimination. « Gouvernman bizin trouv enn managing director ki travay pou limanite, ki kapav amenn enn bon relasion indistriel ek ki konpran lepor dan lintere CHCL ek nou pei », a déclaré le syndicaliste.
José François a déploré par ailleurs qu’un rapport d’enquête de la Commission for Conciliation and Mediation sur la situation à la CHCL « dorme toujours » dans les bureaux du ministre du Travail, Soodesh Callichurn. Le négociateur de la PLHDWU, Rama Valaydon, a pour sa part élaboré sur des cas « de répression et de harcèlement » en cours à la CHCL. « C’est une chasse aux sorcières », a-t-il lancé, ajoutant qu’il ne voulait pas trop parler, « par peur de représailles ». Et de poursuivre : « Mo finn gagn plizir warning inzistifie dan lepase. Mo enn travayer mwa osi ek mo ena mo fami pou gete. » La PLHDWU est le deuxième syndicat du port ayant réclamé la démission de Gassen Dorsamy comme managing director de la CHCL. En effet, depuis mars 2015, la PLMEA a aussi réclamé son départ, l’accusant d’être « antisyndical » et « d’avoir failli à réorganiser la corporation dans l’intérêt des employés du port et du pays ». Le Mauricien a tenté d’obtenir une réaction de Gassen Dorsamy. En vain.