Interrogé à l’Assemblée nationale hier sur l’éventuelle privatisation de la Cargo Handling Corporation Limited (CHCL), le Premier ministre a indiqué qu’un partenaire stratégique sera considéré une fois que la corporation aura atteint une « financial sustainability ». Navin Ramgoolam a par ailleurs indiqué que le Mauritius Container Terminal, qui subit des travaux d’agrandissement de 240 mètres, devrait entrer en opération d’ici 2016. Dans ce contexte, la CHCL a entamé des négociations avec des partenaires pour l’investissement dans des équipements.
La question parlementaire était du député du MMM Reza Uteem. Le Premier ministre a rappelé que le projet d’un partenaire stratégique remonte à juillet 2001 et que le gouvernement d’alors était d’accord que la Mauritius Ports Authority (MPA) se départe de ses actions, soit 40%, qui seraient prises par le partenaire stratégique de renommée internationale, dans le but de rehausser l’efficience de la corporation. En 2003, devait rappeler le Premier ministre, suivant la recommandation du ministre du Développement économique, il avait été décidé de mettre le projet en attente jusqu’à ce que la CHCL trouve une stabilité financière soutenue.
En 2005, « sous mon gouvernement, nous avons décidé de revoir ce projet en vue de permettre au Port-Louis Harbour de se transformer en un major transhipment hub ». C’est ainsi, dit-il, qu’en mars 2007, le gouvernement a souscrit à trois stratégies de repositionnement du Port-Louis Harbour en tant qu’un hub régional. Ces trois stratégies étaient que la CHCL et la MPA poursuivent leur programme d’investissement dans de nouveaux équipements, que la CHCL et la MPA travaillent sur des stratégies pour améliorer la productivité et l’efficience dans le port, et que l’identification de partenaires stratégiques se feraient à travers un processus international compétitif d’appel d’offres.
En juin 2007, le gouvernement a alors décidé d’enrôler les services de l’International Finance Corporation (IFC) en tant que “financial services advisor” pour la recherche de partenaires stratégiques. Et, en juillet 2008, suivant plusieurs consultations, un accord à cet effet a été signé.
En février 2009, le gouvernement s’est montré en faveur du lancement de la demande de préqualification des soumissions pour le projet de partenariat stratégique. En mars de la même année, un avis d’appel d’offres a été publié dans la presse locale. Six firmes avaient alors répondu à cette demande de préqualification des soumissions. Celles-ci ont été évaluées par l’IFC, qui a estimé que cinq soumissionnaires correspondaient à la demande. Un Independent Pre-qualification Committee a alors été instauré pour revoir les recommandations, lequel comité a confirmé que le processus d’évaluation avait été mené de manière juste.
En décembre 2011, le gouvernement a accédé à la présentation des documents de soumission finaux aux soumissionnaires préqualifiés. Les documents d’appel d’offres ont été lancés en février 2012 et, en avril 2012, seul un soumissionnaire y avait répondu. Le comité d’évaluation, après examen de l’offre, l’avait toutefois trouvé « non-compliant and non-responsive ».