Caritas Île Maurice a lancé hier le Guide de l’animateur en alphabétisation fonctionnelle. Cet événement coïncide avec la Journée internationale de l’alphabétisation. Selon une étude d’Éducation pour tous de l’Unesco, Maurice pourrait compter jusqu’à 100 000 analphabètes de plus de 15 ans d’ici 2015. D’où la démarche de Caritas de donner accès à la méthode à un plus grand nombre de personnes.
À ce jour, si plus de 10 000 personnes ont suivi le cours d’alphabétisation fonctionnelle de Caritas, on est encore loin de toucher toutes les personnes concernées. D’autant que selon une étude de l’Unesco, le nombre de personnes ne sachant pas lire ou écrire à Maurice pourrait atteindre 100 000 dans quatre ans. Former des personnes en alphabétisation fonctionnelle est une manière de casser le cercle vicieux que représentent la pauvreté et l’analphabétisme, selon Josian Labonté, responsable du programme d’alphabétisation fonctionnelle à Caritas. « Pouvoir remplir un formulaire à la banque ou écrire son nom permet aux démunis de passer de l’assistanat à l’autonomie ». D’où le choix de Caritas d’opter pour la méthode fonctionnelle, afin de donner des repères aux personnes pour pouvoir évoluer en société. L’alphabétisation fonctionnelle se base donc sur les besoins de l’apprenant tout en utilisant son expérience du vécu.
Procédant au lancement du Guide de l’animateur, le ministre de l’Intégration sociale Suren Dayal a tenu à féliciter Caritas pour son engagement et les apprenants pour leur courage. Il a aussi mis l’accent sur l’importance de l’alphabétisation des femmes qui pourrait leur donner une plus grande autonomisation, et en même temps, leur permettre d’encadrer leurs enfants. « Au final, cela permettra de réduire les inégalités dans la société », a-t-il souligné.
Le Guide de l’animateur en alphabétisation fonctionnelle est un outil pédagogique destiné aux formateurs. Il n’est donc pas en vente, mais sera utilisé lors des sessions de formation. Ceux souhaitant s’engager comme animateur d’alphabétisation fonctionnelle peuvent se mettre en contact avec Caritas.