Le mouvement « No to new ID Card » a déposé en début d’après-midi une demande d’injonction (au nom de Raja Madhewoo) en Cour suprême en vue de contester la nouvelle carte d’identité électronique. Depuis ce matin, les membres de la plateforme étaient sur le pied de guerre en vue de récolter les dernières 500 signatures dans le cadre d’une pétition lancée au mois de septembre où elle espérait réunir 10 000 signatures avant de lancer une action judiciaire. À J-1 du démarrage de l’étape de conversion pour ceux âgés entre 18 et 22 ans dans les dix centres de conversion de l’île, les différentes manoeuvres pour contester la nouvelle carte d’identité s’intensifient sur le terrain.
À ce matin, 9 500 signatures avaient été comptabilisées par le mouvement et la barre des 10 000 devait être franchie pour qu’une demande d’injonction soit déposée en Cour suprême en vue de demander au gouvernement d’abandonner le projet de la nouvelle carte d’identité. À la mi-journée, l’objectif a été atteint et les membres de la plateforme se sont rendus en Cour suprême, accompagnés de leur avocat Erickson Mooneeapillay afin de déposer une demande d’injonction pour contester le projet de la nouvelle carte d’identité à puce.
La plateforme avait en effet lancé un ultimatum au gouvernement afin qu’il fasse marche arrière dans son projet d’introduire une nouvelle carte d’identité à puce. En ce sens, elle avait lancé une pétition en vue de récolter 10 000 signatures avant de recourir à la justice, comme moyen pour faire pression sur le gouvernement afin que ce dernier abandonne le projet. Les animateurs de la Plateforme No to new ID Card soutiennent que la nouvelle carte d’identité serait anticonstitutionnelle et ne respecterait pas le droit à la vie privée des citoyens et à la liberté de mouvements.
À la veille du début de la phase de conversion de la nouvelle carte d’identité pour ceux figurant dans la tranche d’âge 18 à 22 ans et qui concerne 92 000 jeunes, la sensibilisation sur le terrain continue et se multiplie. Le mouvement Lalit — qui a déposé vendredi dernier une pétition réunissant quelque 70 000 signatures au Bureau du Deputy Prime Ministre, Rashid Beebeejaun — était présent durant le week-end dans les endroits stratégiques comme les gares routières afin de distribuer les tracts dans lesquels les membres expliquent les raisons pour lesquelles la nouvelle carte d’identité à puce doit être contestée. La Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) poursuit de son côté sa campagne de dissuasion en se rendant dans les entreprises, cela afin d’atteindre le maximum d’employés.
Les moyens modernes sont aussi mis à contribution, notamment à travers les réseaux sociaux. Le mouvement Lalit a réalisé une vidéo de sensibilisation sur YouTube intitulée « IDcard Lalit ».