Les travaux de réparation d’un tuyau défectueux au centre de conversion de Port-Louis terminés, les opérations reprennent normalement ce lundi matin. C’est ce qui ressort d’un communiqué du ministère des TIC samedi après-midi. En effet, à cause d’une fuite d’un tuyau des toilettes du bâtiment Emmanuel Anquetil qui traversent le centre, les opérations avaient été temporairement arrêtées jeudi matin, car une odeur nauséabonde envahissait tout l’espace empêchant le personnel de travailler.
Selon un officier du Mauritius National Identity Card (MNIC), le problème a commencé mercredi après-midi, une forte odeur putride émanant d’un tuyau. Depuis l’arrêt des opérations, des officiers du ministère des Infrastructures publiques et des Health and Safety Officers ont fait le déplacement pour un constat. Comme aucune communication n’avait été émise jeudi matin pour annoncer la fermeture du centre de Port-Louis, une centaine de personnes étaient venues pour l’enregistrement ou la conversion de l’ancienne carte d’identité laminée.
La porte du centre étant fermée et sous la surveillance des policiers pour empêcher les gens d’entrer a causé un certain remue-ménage jeudi. Plusieurs personnes étaient remontées suite à la décision de fermer le centre. Certaines se plaignaient d’avoir payé leur trajet en autobus pour venir entreprendre les démarches pour leur nouvelle carte d’identité nationale.
Les chiffres du MNIC révèlent que les personnes continuent de venir pour l’obtention de la nouvelle carte biométrique. À mardi dernier, 516 personnes se sont rendues dans les trois centres de conversion, soit à Port-Louis, à Rose-Hill et à Rodrigues. Et à mercredi, 481 personnes ont fait le déplacement. Dans la journée de jeudi, 201 personnes s’étaient rendues à Rose-Hill.
Au sujet des personnes malades qui ne peuvent se déplacer, un officier du MNIC soutient qu’une équipe spécialement constituée pour aller à domicile rencontre cinq personnes par jour dans la même localité. « On se déplace uniquement si nous avons tous les documents en règle et un certain nombre de personnes. On ne peut pas se déplacer pour une personne uniquement», dit-il. À ce jour, plus de 995 000 cartes sont actives.