Une odeur nauséabonde émanant d’un tuyau défectueux passant dans les toilettes du centre de conversion de la carte d’identité nationale au bâtiment Emmanuel Anquetil à Port-Louis a provoqué l’arrêt des opérations ce matin. Une centaine de personnes massées devant le bureau ont vivement exprimé leur colère et réclamaient des explications de l’officier en charge. La décision a été prise de faire retourner ceux présents chez eux.
« Un tuyau défectueux dans le bâtiment est la cause de cette odeur nauséabonde. Nous devons chercher la fuite de ce tuyau. À cause de ce problème, nous avons décidé de fermer le bureau temporairement », soutient un officier du Mauritius National Identity Card (MNIS), qui demande au public de suivre les communiqués qui seront émis. Selon lui, il n’est pas possible pour l’instant de dire quand sera réparé le tuyau. Il ressort que le lieu près des toilettes est jonché de papiers, ce qui pourrait provoquer un ralentissement dans la réparation du tuyau. L’officier ajoute que l’odeur émanant du tuyau ne permet pas aux 23 membres du personnel de travailler. « Ce problème a commencé mercredi », précise-t-il. L’officier en charge explique que les officiers sur place pourraient tomber malades s’ils continuaient de travailler.
Depuis l’arrêt des opérations, des officiers du ministère des Infrastructures publiques et des Health and Safety Officers ont fait le déplacement au centre de conversion pour constater de visu la situation. Il explique que depuis hier, les membres du public qui ont fait le déplacement ont questionné les officiers présents sur la mauvaise odeur. L’officier insiste sur le fait que ceux venus pour se faire enregistrer doivent comprendre le problème. « Nous avons donné assez de temps aux gens mais ils sont encore en retard », dit-il.
La colère de ceux venus s’enregistrer était palpable. Les portes du bureau de conversion étaient fermées et les policiers qui barraient la voie à un éventuel dérapage ne laissaient passer personne. « Si les toilettes sont bouchées, pourquoi les officiers restent-ils à l’intérieur ? » se demande une femme accompagnée d’une proche. Elle dit venir pour la troisième fois et croit qu’elle regagnera la France sans sa nouvelle carte identité nationale. « Cette carte est très importante pour mes démarches », dit-elle. Tout comme elle, une personne résidant à Tamarin dit avoir perdu une journée de travail. Tous ceux devant la porte du centre de conversion n’ont pas mâché leurs mots à l’égard des officiers du MNIS.
Selon un communiqué du ministère des TIC, le centre de conversion de la nouvelle carte d’identité de Port-Louis restera fermé ce jeudi. « Nous avons pris cette décision eu égard aux odeurs nauséabondes qui émanaient des toilettes du centre. Les officiers travaillant dans ce centre étaient dans l’incapacité d’opérer dans de telles conditions. Des réparations sont en cours pour remédier à ce problème dans les plus brefs délais », indique le service de presse. Toutefois, ceux qui doivent récupérer leur nouvelle carte peuvent le faire.