Suite aux nombreuses critiques de l’Opposition concernant l’octroi d’un contrat de Rs 1.1 milliard à la firme singapourienne Crimsonlogic Ltd, les membres du gouvernement ont mis les points sur les i. Lors d’une conférence de presse, hier, Patrick Assirvaden et Nita Deerpalsing, respectivement président et responsable de communication du PTr, ont pris pour cible le leader du l’Opposition, Paul Bérenger, pour sa tentative, disent-ils, de « zet laboue. » S’attardant sur l’octroi de ce contrat, Nita Deerpalsing se demande si avec ses questions, « l’Opposition pe rod fer krwar ki ena koripsion o nivo gouvernman Singapour? » Ainsi, contrairement aux semaines précédentes où Paul Bérenger avait été épargné, la principale cible des rouges demeurant SAJ, cette semaine, les membres du PTr n’ont pas ménagé leurs propos face au leader du MMM.
Selon les porte-parole du PTr, dans sa réponse lors de la PNQ à l’Assemblée nationale, mardi dernier, le ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum a clairement indiqué qu’il ne s’agit pas du même projet que celui enclenché en 2008 et que le projet actuel implique beaucoup plus que la production de cartes d’identité à puce. Selon Nita Deerpalsing, c’est un « government to government contract. » Elle soutient que la compagnie qui se chargera des nouvelles cartes d’identité émane directement du gouvernement singapourien.
Alors que pas plus tard qu’hier matin, lors de sa conférence de presse, Paul Bérenger ciblait le Premier ministre, qualifiant « d’enfantin » le fait qu’aucune date pour la tenue des municipales n’a été avancée jusqu’ici alors que celle des villageoises est connue, le président du PTr s’est servi du même terme, « enfantin » pour qualifier le leader du MMM. Il commentait l’attitude des mauves quant à ses critiques relatives aux « scandales supposés. » « Le mot ki à la mode en ce moment se scandale. Tou kitsoz scandale. Bizin ena enn limit. Zordi Singapour, avan ti la Chine, et juste avant sete l’Inde », note Patrick Assirvaden. Selon lui, cette manière de critiquer du MMM relève de l’enfantillage, alors que Singapour est un pays qui a une bonne gouvernance et est reconnu pour la rigidité au sein de son système.
Concernant la tenue prochaine des élections villageoises, la directrice de communication du PTr avance qu' »au niveau de l’alliance gouvernementale, nous sommes fiers de ces élections villageoises qui permettront à 300 femmes de s’y présenter. C’est une loi révolutionnaire. » Les rouges se disent heureux que les villageaois pourront choisir eux-mêmes leurs représentants et que la démocratie régionale pourra fonctionner à plein régime. Par rapport à la tenue des municipales, aucune information ne transpire quant à la date de ces élections. Les membres du PTr fustigent l’Opposition pour ses critiques concernant les travaux qui sont effectués ces derniers jours par les municipalités, indiquant que « ces travaux sont nécessaires et il ne s’agit pas, comme veut le faire croire Paul Bérenger, de bribes électoraux. » « Leur seule arme pour gagner des élections serait qu’il n’y ait plus de développement dans le pays. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront accuser le gouvernement d’échec », dit Patrick Assirvaden. Il déplore, par là-même, l’attitude des membres du MMM qui, selon lui, déposeraient leurs questions au Parlement dans le seul but d’avoir une couverture médiatique. « Fodé areté avec sa cinéma poz kestion zis pou gagn titre dans la presse », dit le président du PTr.