Le Forum Citoyen Libre (FCL) se lance dans la  bataille contre la carte d’identité biométrique. Outre la distribution de tracts pour la sensibilisation des citoyens âgés de plus de 18 ans, elle tiendra lundi son premier meeting en ce sens. Parmi les intervenants : les avocats Rama Valayden et Dev Ramano, le syndicaliste Jack Bizlall, Jocelyne Minerve, travailleuse sociale, et ancienne ministre, entre autres.
Lundi, à partir de 16h30, ce sont quelques dizaines d’intervenants qui s’exprimeront à Mahébourg contre la carte d’identité biométrique. Selon le leader du FCL, Georges Ah Yan, la distribution de tracts depuis quelques jours aurait découragé de nombreux citoyens à s’enregistrer pour la conversion de la  carte d’identité. « Depuis quelques jours, nous nous sommes lancés dans cette bataille. Une équipe était omniprésente à proximité des centres de conversion afin de freiner l’exercice. Sur dix personnes, neufs d’entre elles, après avoir écouté nos arguments, ont rebroussé chemin », explique-t-il. Et de lancer comme mot d’ordre : « Les citoyens mauriciens ne devraient pas se presser pour aller échanger leur carte d’identité et donner leur empreinte. Ena zafer ankor lakour. Ziska septembre, ene ta zafer kapav sanze. Boul kapav vire. » À ceux qui ont déjà procédé à la conversion de leur carte d’identité, Georges Ah Yan leur conseille de réclamer l’annulation de leur carte d’identité. Et de soutenir également que la prise d’empreinte ne figure pas dans la loi. « Ce projet du gouvernement est anticonstitutionnel », précise-t-il.
Le FCL compte se rendre dans chaque coin du pays afin de sensibiliser la population sur cette « issue ». Après Mahébourg, elle compte se rendre à Flacq et ensuite à Goodlands pour gêner ce projet du gouvernement. Appelant à la mobilisation des Mauriciens, elle lance aussi un appel aux bénévoles qui souhaiteront participer à cette campagne de sensibilisation.
Rappelons que le FCL a remis hier matin au bureau du Premier ministre ses propositions par rapport à la réforme électorale. Tenant un point de presse hier dans la capitale, ce dernier est revenu sur les grandes lignes de ces propositions. Pour le leader du FCL, la réforme électorale ne concernerait pas uniquement les grands blocs politiques. « Si bisin fer reform, bisin fer li de fond en comble, de long en large. » S’exprimant sur le mandat du Premier ministre, il estime que celui-ci devrait se limiter à deux années, et ce dans le but de « permettre à certains élus d’y avoir place ». Au cas contraire, « cela risque de créer une frustration parmi les députés et ministres qui servent le pays depuis plusieurs années ». Le FCL réclame de plus la transparence dans le financement des partis et que les candidats fassent une déclaration de leurs avoirs lors des enregistrements. Concernant la proportionnelle, Georges Ah Yan juge qu’il appartient aux votants de décider de leur élu et non aux leaders politiques.