Même si le Parti travailliste a concédé, hier lors de sa conférence de presse, “que les regulations ont été amendées à la dernière heure”, soit avant l’injonction en cour par Pravind Jugnauth pour arrêter les procédures de remplacement des cartes d’identité, les données biométriques et les empreintes digitales, selon les rouges, n’ont rien d’anormal. Le PTr, qui rappelait qu’il n’allait pas s’étaler sur ce sujet puisque le ministre des TIC, Tassarajen Pillay Chedumbrum, défendait la nouvelle carte d’identité auprès de la presse hier matin également, a toutefois tenu à préciser une chose : Pravind Jugnauth, leader du MSM, s’est ridiculisé en criant victoire, alors que c’est “une claque” que lui a infligée la cour vendredi dernier.
“Pravind Jugnauth est un bluffeur, un menteur ! Pour cacher son échec devant la cour, il parle de victoire. C’est un menteur ! Il prend les Mauriciens pour des imbéciles !” a déclaré Patrick Assirvaden, le président du Parti travailliste. Et de poursuivre : “Sa demande a été set aside, en d’autres mots, la cour l’a mise de côté. Et lui, il a le culot, l’audace de parler de victoire. Li dir ki ziz donn li drwa ziska le 15 septam 2014 pou sanz so kart idantite ! Be tou dimoun ena sa drwa la !” Selon Patrick Assirvaden, Pravind Jugnauth cherche à manipuler l’opinion publique. Mais ce dernier, dit-il, “avait dans son discours en 2010, quand il était alors ministre des Finances, déclaré qu’il injecterait de l’argent dans la nouvelle carte d’identité.”
Le président des rouges a rappelé que c’est aussi Pravind Jugnauth qui, en défendant le programme de l’Alliance de l’Avenir, a plaidé pour le changement de la carte d’identité. “Kifer bizin per sa kart-la ? Pou PTr zis bann eskro, voler ek sarlatan ki bizin per sa kart-la. Cette carte n’est pas falsifiable ! Elle mettra un frein aux abus. La majorité des Mauriciens fait confiance à cette nouvelle carte d’identité.” Le PTr a noté que beaucoup de jeunes ont également adhéré au processus de remplacement.
Toutefois, l’opposition, affirme Patrick Assirvaden, a adopté un comportement hystérique sur ce sujet. Le PTr est d’avis que le leader du MMM, Paul Bérenger, se trompe lourdement quand il fait le parallèle avec la Grande-Bretagne, lorsqu’elle a pris la décision de ne pas aller de l’avant avec sa carte d’identité nationale aux données biométriques. “La Grande-Bretagne l’a fait pour des raisons purement économiques. David Cameron a préféré sacrifier ce projet qui était trop cher pour un autre”, a commenté Patrick Assirvaden. Ce dernier a aussi mis en doute les 70 000 signatures recueillies par Lalit, contestant l’entrée de la nouvelle carte d’identité. “Dan petisyon-la ena zis 41 sinyatir ! Selma kan Dulthumun dir li’nn rasanble 300 000 dimoun, zot pas dakor !” Pravind Jugnauth, la cible du jour du PTr, a été aussi critiqué après la rencontre qu’il a eue sur le terrain avec les planteurs du pays. Et pour ses commentaires sur la panne de deux moteurs au Central Electricity Board. Abordant l’idée du droit de vote à l’âge de 16 ans lancée il y a peu par le leader du MMM, Abdullah Hossen, le directeur de communications du parti des rouges, a rappelé que Navin Ramgoolam, leader du PTr et Premier ministre, “avait déjà set the tone” à ce propos. “Le PTr a toujours accordé la priorité à la consolidation de la jeunesse. Quand Paul Bérenger pense lancer ce débat, il ne fait que saisir la balle au bond !” Patrick Assirvaden s’est lui dit sceptique quant à la popularité du tandem MSM-MMM auprès des 16-30 ans.
D’autre part, à l’heure des questions, ce n’est non sans une pointe de sarcasme que le PTr a “souhaité bon vent” à Ali Mansoor, ancien secrétaire financier, qui a soumis sa démission du ministère des Finances. “Ali Mansoor a servi le pays pendant 8 ans… Nous devons être capables de respecter la nouvelle orientation qu’il souhaite donner à sa vie privée et professionnelle… Dan St-Jean, ena boukou dimoun laba. Me sa pa anpes pei roule !”  devait commenter Patrick Assirvaden.