Le Dr Rajah Madhewoo, travailleur social, et membre du Regrupma Travayer Sosyal a, lors d’une conference de presse, commenté un manuscrit datant du 27 octobre et émanant de bureau de l’Attorney General, dans lequel on lui réclame Rs 1.8 million, une somme représentant, selon ces derniers, « the costs of the Respondents that has been allowed by the judicial committee of the privy council as evidenced by the herewith enclosed certificate dated 25 July 2017 ». Débouté par le Privy Council dans jugement de la Cour suprême sur la carte d’identité biométrique, Rajah Madhewoo ne compte pas rester les bras croisés et souhaite que justice soit rendue dans cette affaire.
Evoquant la démarche du gouvernement de lui réclamer la somme de Rs 1.8 million, le Dr Rajah Madhewoo affirme qu’elle a pour but « d’essayer de me terroriser et me museler ». Dans la lettre qu’il a reçue du Deputy Chief Attorney, on peut lire ceci : « You are kindly requested to settle the sum of £ 38, 654.83 within one month from receipt of the present letter. » Le membre du Regrupma Travayer Sosyal s’attendait à obtenir gain de cause dans le cadre de sa contestation de fournir les empreintes digitales pour l’obtention de la carte d’identité biométrique.
Rajah Madhewoo monte au créneau dans cette affaire, taxant son ancien avocat, Me Sanjeev Teeluckdharry d’avoir « retourné sa veste » après avoir été élu et obtenu une place de Deputy Speaker à l’Assemblée nationale. Et de renchérir : « Compran byen ki monn depans plis ki Rs 1.8 milyon pou diboute pou drwa lepep. » Citant le Premier ministre, il maintient qu’en 2014, peu avant les législatives, Pravind Jugnauth avait lui-même « combattu farouchement les conditions d’application de la carte d’identité biométrique. » Face à cette situation Rajah Madhewoo estime qu’il est « hors de question pour lui de payer cette somme » et va plus loin en demandant au PM de « se préparer à une longue bataille. » A cet effet, il envisage de se référer au Human Rights Committee et chercher des éclaircissements au niveau du Privy Council.