Nouveau rebondissement dans le cas de “false and malicious denunciation in writing” que la police a établie contre Nitesh Ramdharry et pour lequel le bureau du Directeur des Poursuites Publiques (DPP) avait, le 13 novembre 2013, recommandé qu’une charge formelle soit logée contre lui. Le dossier de la cour de district de Pamplemousses concernant ce cas avait disparu et ceux qui voulaient y avoir accès s’étaient entendu dire qu’il était introuvable. Les plus hautes instances judiciaires du pays, alertées, ont vite fait de diligenter une enquête en vue de situer les responsabilités dans cette affaire mais, comme par hasard, le dossier a finalement été retrouvé cette semaine.
C’est précisément dans ce dossier que le magistrat qui a entendu l’affaire de dénonciations de Nitesh Ramdharry contre une de ses anciennes employées en l’occurance Bibi Sameera Jumun l’accusant de vol, avait consigné ses observations en Cour le 13 juin 2013. Il avait, en effet, écrit que “there is prima facie evidence that false and malicious denunciation versus accused in present matter”.
Comme nous le révélions dans notre édition de la semaine dernière, le bureau du DPP devait abonder dans le même sens et recommander, dans une note officielle en date du 13 novembre 2013 communiquée  à la police de Triolet, que Nitesh Ramdharry doit être poursuivi pour fausses dénonciations à l’encontre de Bibi Sameera Jumun.