Pratiquement 27 mois après la disparition de « La Joliane 1 » – avec à son bord le skipper Ludovic Vurdapa Naiken, 23 ans, et Jason Beejadhur, 18 ans – les circonstances demeurent un éternel mystère et l’affaire est en passe d’être traitée comme un unsolved case. D’autant plus que celui qui a loué ce hors-bord avec deux moteurs de 90 chevaux chacun, un dénommé Gérard Gervais Carcasse, pour cette sortie en mer à l’aube du mardi 7 septembre 2010, serait toujours introuvable. Néanmoins la mère du skipper Naiken, Belinda, qui vit et travaille en Italie, s’accroche aux bribes d’espoirs et reste convaincue du fait que quelqu’un détiendrait des informations au sujet de cette mystérieuse disparition en mer.
Depuis l’appel téléphonique du mercredi 8 septembre 2010 en provenance de Maurice l’indiquant la disparition de son fils Ludovic Vurdapa Naiken et de son neveu Jason Beejadhur, le temps semble s’être figé pour Belinda. « Kan mo bel soeur ine dir mwa zot finn al lor lamer e ki pa pe trouv zot, monn fini doute ki li ti pou byen dir pou retrouv zot parski la mer li gran ek inserten. Ena bookou mister lor lamer ! » raconte cette mère de famille à Week-End, comme si cela s’était passé hier.
Belinda Vurdapa Naiken n’aura vraisemblablement jamais pu tourner la page depuis cette mystérieuse virée en mer à l’Est en vue d’admirer le lever du soleil. En dépit des nombreux mois qui se sont écoulés, la mère de famille vit toujours en plein désarroi et reste perplexe compte tenu du fait que cette disparition n’a laissé aucune trace. « J’essaie de ne pas y penser quand je travaille mais quand je suis chez moi, c’est un grand vide dans mon coeur. Tous les jours je suis dans l’incertitude. Que s’est-il passé le 7 septembre 2010 ? Cela fait 27 mois que je suis sans nouvelle de mon fils et de mon neveu. C’est toujours un mystère pour notre famille, surtout qu’il n’y a aucune trace ni d’épave. Ziska zordi pankor kone kinn arive vremem ! » poursuit Belinda, avant de réitérer sa confiance en police, en particulier la Major Crimes Investigation Team, qui s’est vu confier l’enquête quelques semaines après la disparition.
Toutefois, devant la tournure des événements, Belinda Vurda Panaiken lance un appel à témoins car elle se dit convaincue du fait qu’au moins une personne détiendrait des informations. « Bizin ena kikenn ki ena enn linformasyon lor sa disparisyon-la, pa kapav personn pa konn nanyen. La moindre information ou le moindre indice pourrait faire avancer les choses », lance la mère de famille comme un ultime cri d’espoir.
Dès le début de l’enquête policière, La Joliane 1 représentait un véritable casse-tête pour la Criminal Investigation Division de Mahebourg. Tout d’abord, l’incertitude planait quant au nombre de passagers qui auraient pu se retrouver dans cette embarcation louée à son propriétaire Georges Jocelyn Perlon. Car La Joliane 1 avait prévu de se rendre au large de d’Anahita Integrated Resort pour récupérer trois autres ressortissants français pour cette sortie spéciale. Les seules certitudes étaient que deux Mauriciens, Ludovic Vurdapa Naiken et Jason Beejadhur, se trouvaient à bord de cette embarcation.
Au départ, il avait été question que La Joliane 1 avait été louée par un ressortissant français, un dénommé Gérard. L’exercice d’ intelligence gathering des limiers à l’époque devait aboutir au fait que ce présumé ressortissant français n’était autre que Gérard Gervais Carcasse, un Mauricien de Cité Malherbes, Curepipe, connu des services de police. Les tentatives de la police pour retrouver les traces de Gérard Gervais Carcasse, qui avait payé une somme cash de Rs 10 000 pour la location du bateau, n’ont connu aucun résultat probant. Ce principal suspect dans cette affaire devait être rapporté manquant à la gendarmerie de l’île de La Réunion dans une déposition consignée par son épouse qui habite l’île soeur.
Les indications initiales à l’époque étaient que le skipper Naiken, qui avait pris le bateau et 60 litres de mazout à 4h30 du matin le mardi 7 septembre 2010, devait effectuer une tournée au large de Trou-d’Eau-Douce et rentrer à sa base à côté du point d’ancrage dans la baie de Mahébourg dans l’après-midi. Mais La Joliane 1 ne reviendra jamais… Au fil des jours suivant la disparition, les proches parents des deux cousins devaient s’en remettre à des bribes de conversations intrigantes entre Ludovic Vurdapa Naiken et Jason Beejadhur pour tenter de comprendre cette mystérieuse disparition.
D’abord, il y aura cette déclaration de la soeur de Jason, Anne-Sophie Beejadhur : « Lindi kan zot ti pe koze, Dovic dir Jason monn gagn enn travay inpe danzere. Bizin amenn bann klian lor lamer. Li dir li, bannla inn dir amenn enn fam. Lerla mem li dir Jason, be to vini to mem, to ava netoy-netoy bato pou Rs 1 000. » Mais aussi celle de l’autre soeur, Vanessa Beejadhur : « Kifer linn dir ki li pe al fer enn travay danzere ? Kifer kan Jason inn demande si pou gagne case lapolis,linn dir si to pas dir naryen pas pou ariv naryen ? »
Jusqu’ici le mystère de La Joliane 1 est resté entier !