En ce début d’année, Casela World of Adventures annonce la venue au monde d’un bébé blesbok, une espèce d’antilope, qui peut déjà être vu aux côtés de sa mère quand on visite la zone Safari Africa. Pesant 7 kg, il jouit d’une bonne santé, affirme la direction du parc.
Alors que le 4×4 du parc s’enfonce dans la zone consacrée au safari mercredi dernier, l’on scrute chaque espace libre de cette forêt côtière sèche pour tenter de trouver le petit blesbok. Sur le passage, l’on croise des autruches qui avancent allègrement devant le véhicule ; les pintades, quant à elles, s’arrêtent, par moments, pour voir passer les visiteurs. Conduit par le Wildlife Manager de Safari Africa, Christopher Smit, on a dû faire plusieurs tours avant de trouver le petit aux côtés d’un de ses aînés, un jeune âgé d’un an et de sa mère. Cette espèce d’antilope, de la même couleur que la végétation dans laquelle elle évolue dans le parc de Casela, court très vite notamment pour échapper aux prédateurs. « They are very nervous animals, they are always running », affirme notre hôte qui nous explique que la première grosse différence entre le blesbok adulte et son bébé est la couleur de son pelage.
« Les petits sont de couleur claire, rappelant l’herbe sèche donc difficilement perceptible dans leur habitat naturel alors que les adultes sont plus foncés et ils ont des cornes. Jusqu’à 4 à 6 mois, les petits n’ont pas de cornes et avant cet âge, on ne peut connaître leur sexe puisque c’est par la suite que les parties génitales se forment et sont visibles. À l’âge adulte, les cornes des mâles sont plus épaisses que celles des femelles ». Notre interlocuteur ajoute que la période de rut des blesbok s’étend de mars à mai et que les naissances ont lieu entre novembre et janvier. C’est le même cycle qu’en Afrique du Sud, ce qui permet à l’animal de mieux s’adapter au pays. D’ailleurs, c’est une des raisons pour laquelle Casela World of Adventures a choisi cette espèce pour Safari Africa, nous indiquera plus tard la vétérinaire en chef du parc, Marie Claire Domaingue. Une femelle blesbok donne ainsi naissance à un seul bébé, une fois l’an, la période de gestation s’étendant sur huit mois. À sa naissance à Casela, souligne M. Smit, le petit blesbok est resté un moment sous observation, le temps que le service vétérinaire s’assure que tout se passe bien pour lui avant qu’il ne soit lâché dans la zone safari. « Au bout d’une demi-heure, le petit peut tenir sur ses jambes pour téter, après une heure, il commence à marcher et le lendemain, il court ». Dans la zone safari de Casela, le petit blesbok avance toujours aux côtés de sa mère. Tantôt courant derrière elle, tantôt devant ou en tétant.
Selon un communiqué diffusé par Casela World of Adventures, cette espèce, en voie d’extinction à l’aube du XXe siècle, est aujourd’hui hors de danger. Wikipedia indique pour sa part que le blesbok est indigène d’Afrique du Sud et qu’on le trouve en grand nombre dans tous les parcs nationaux et dans les prairies ouvertes. À Maurice, les animaux de Safari Africa sont gardés dans des enclos sur une superficie totale de 20 à 25 arpents. Ce qui laisserait de la place à d’autres, à plus forte raison que le mâle évolue dans des petits territoires de 1 à 2,5 hectares pendant la période de rut.