L’ADSU a procédé à son exercice de destruction de drogues jeudi dans l’enceinte des Casernes centrales. Un peu plus de Rs 69 M de stupéfiants ont ainsi été incinérées devant différentes unités de la force policière, des officiers de la MRA, du FSL et des membres des médias. « C’est un exercice qui se fait tous les quatre mois. Les drogues détruites concernent des cas où il n’y a pas d’accusés ou d’accusé déjà décédé », explique l’ASP Imambaccus de l’ADSU. Ce dernier explique qu’après le déracinement des plants de cannabis, notamment sur les montagnes, la police mène une enquête même en l’absence d’accusé. « Nous envoyons ensuite le dossier au parquet, qui nous donne des instructions pour détruire ces plants. »
Pour l’exercice de jeudi, la police a incinéré 22 676 plants de cannabis, 209 g d’échantillons de cannabis, 0,6 g d’héroïne, 900 graines de cannabis, 376 g de haschich et 56 g de drogues synthétiques, le tout pour une valeur marchande totalisant Rs 69 462 505. À noter que ces drogues ont été saisies par différentes divisions de l’ADSU à travers l’île.
Un responsable de chaque unité doit déposer son paquet devant des représentants des unités mentionnées précédemment, de même que son dossier pour certifier la quantité de drogues saisies. Puis un représentant du FSL ouvre le sac pour vérifier s’il s’agit bien de la drogue mentionnée dans le dossier avant de l’envoyer à l’incinérateur. Selon les Casernes centrales, les membres du public peuvent demander une autorisation pour venir assister à l’exercice.