Trente-deux policiers ont participé hier à un atelier de travail axé sur la gérance avec plus d’expertise concernant les cas de violences domestiques. De cette activité, animée par le responsable de formation chez Men Stopping Violence aux États-Unis, ressort le souhait d’une collaboration accrue entre les forces de l’ordre et les organisations non-gouvernementales.
Notre île n’étant pas épargnée par la violence domestique, le Commissaire de Police (CP) Mario Nobin a pris l’initiative, avec la collaboration de l’Ambassade américaine à Maurice, d’organiser un atelier de travail en ce sens aux Casernes centrales hier. Trente-deux membres des forces de l’ordre – aussi bien les forces régulières des différentes divisions que des officiers de la Police Family Protection Unit (PFPU), de la Police Training School (PTS) et du Proscutor’s Office, entre autres – ont participé à cette activité.
L’objectif de cet atelier de travail, animé par Lee Giordano, le responsable de formation chez Men Stopping Violence, aux États-Unis, était de démontrer aux membres des forces de l’ordre comment une collaboration entre le système de justice pénale et une organisation non-gouvernementale peut améliorer la gestion des cas de violence domestique. L’accent a été mis sur les cas de figure où les hommes en sont les auteurs. Comme l’a expliqué Lee Giordano, « ce fléau de société n’est pas à prendre à la légère, sachant que lorsqu’une famille est affectée, cela entraîne des répercussions sur notre société ».
Au cours de la session de travail, Lee Giordano a raconté aux participants que son organisation ne se contente pas de travailler sur un système de prévention afin d’éviter les cas de violence domestique. Elle prend également en charge des individus après que ces derniers ont commis des abus physiques à l’encontre de leur partenaire.
Le Men at work Curriculum, l’un des programmes de Men Stopping Violence, inclut ainsi des séances de discussion entre les formateurs de l’association et des hommes à qui il a été préalablement recommandé de participer à ce groupe de discussion, bien souvent après qu’un “Protection order” a été émis contre eux. Ces causeries, a expliqué Lee Giordano, aident ainsi ces hommes à se remettre en question, à apprendre à dialoguer avec leur partenaire et les conduisent à changer de comportement.
C’est justement ce mode opératoire qui veut être introduit à Maurice, à travers cet atelier. Les policiers ayant participé à la session ont été formés pour gérer avec efficacité et professionnalisme les cas de violence domestique, à travers une meilleure compréhension de ce fléau d’un point de vue holistique.
Pour info, Men Stopping Violence est un institut de formation américain créé en 1982, dont le but est d’enseigner à la communauté et aux diverses organisations comment mobiliser les hommes afin de prévenir la violence envers les femmes et les jeunes filles. Cette institution ne traite pas uniquement les cas de violence domestique, mais étend son champ d’action aux agressions physiques liées au sexe, à la religion, à la classe sociale, à l’âge ou à l’orientation sexuelle, entre autres. Son but principal est toutefois de mettre un terme à la violence envers le sexe féminin.