Casinos : Kurt Peter très contesté
Kurt Peter a non seulement été descendu en flamme par Jack Bizlall, le négociateur des casinos – dans une des dernières correspondances en date du 18 octobre qu’il lui a adressée, qui le décrit comme a «puppet controlled by Mrs Veerasamy and her brother the Minister of Finance» et dans laquelle il relève les nombreuses volte-face notées par rapport aux discussions tenues le 9 juillet, notamment sur la séparation du casino de Grand Baie du reste du groupe –, mais les employés eux-mêmes commencent à se poser des questions sur le choix de la SIC d’installer cet étranger à la direction des casinos.
Selon les employés, sur qui, faut-il le rappeler, pèse une menace de licenciement, le nouveau directeur qui toucherait la bagatelle de Rs 550,000 par mois ne travaille jamais le soir, n’a jamais été vu sur un gaming floor, multiplie les réunions stériles, s’entoure de ceux-là mêmes qui ont conduit les casinos à leur perte, continue à autoriser un chevauchage des tâches avec deux managers pour les activités de jour dont l’un aurait eu quelques soucis avec la justice, a modifié et aboli leurs acquis, a permis des travaux à Curepipe au coût de Rs 900,000 sans recourir à un appel d’offres, pénalise ceux qui sont proches de l’actuel gouvernement tout en continuant à favoriser ceux qui avaient été placés par le gouvernement travailliste dont certains touchent des pactoles de Rs 60,000 par mois ou qui continuent à présider des comités importants comme le Pension Fund Management Committee et, pire, les cotisations du Medical Scheme ne sont pas payées, ce qui fait que la SICOM n’honore plus les réclamations de remboursements des salariés depuis février 2015. Vraiment, rien ne va plus!