D’ici juillet 2014 un système d’alerte précoce aux marées de tempête (early warning system for storm surge) sera complètement opérationnel, prévenant trois heures à l’avance les 226 000 personnes vivant sur nos côtes de l’imminence du danger. Un protocole d’accord a été signé hier entre le ministère de l’Environnement et du Développement durable et les Mauritius Meteorological Services.
« Étant donné la mauvaise expérience des marées de tempête que nous avons connue sur notre côte sud, plus particulièrement à Rivière-des-Galets, un périmètre d’alerte sera installé autour de chacune des îles habitées, c’est-à-dire l’île principale de Maurice, Rodrigues et d’Agalega, afin que les communautés vivant sur les côtes disposent d’un préavis d’au moins trois heures avant l’arrivée d’éventuelles marées de tempête », a expliqué jeudi le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MoE & SD), Deva Virahsawmy, lors de la signature d’un protocole d’accord entre son ministère et les Mauritius Meteorological Services (MMS). Une marée de tempête est une brusque montée des eaux de mer ou d’un lac envahissant les terres due aux vents forts associés à un cyclone s’approchant des côtes, et secondairement aux faibles pressions de la tempête. Les marées de tempête sont réputées pour leur force destructrice en termes d’infrastructures et de vies humaines.
Outre le ministre Virahsawmy, étaient présents à cette cérémonie de signature de protocole d’accord, le directeur des MMS Mamade Beebeejaun, le Permanent Secretary au MoE & SD Premhans Jhugroo, le Project Manager du Adaptation Fund Board Project M.N. Khedah, le UNDP Resident Representative Simon Springett et le directeur du Mauritius Oceanography Institute Dr Ramana.
« Un système d’alerte précoce est un outil vital pour sauver des vies lors des inondations, des marées de tempête, des vagues de chaleur, des cyclones et d’autres catastrophes », a précisé le ministre. « Parmi les pays qui ont mis en opération un système d’alerte précoce aux marées de tempête, il y a le Bangladesh, la France, la Chine et les États Unis ».
Le projet est réalisé, au coût de Rs 10 M, dans le cadre d’un programme de l’Adaptation Fund Board connu comme le Climate Change Adaptation Programme in the Coastal Zone of Mauritius. « Ce programme a pour objectif, entre autres, de rehausser la résilience et la subsistance des communautés vivant des les zones côtières d’ici 2060. La mise en opération d’un système d’alerte précoce se fait d’autant plus urgente que nous ne pouvons ignorer que le bilan des catastrophes naturelles, et celui des marées de tempêtes surtout, est lourd en pertes de vies humaines et en pertes infrastructurelles et économiques ».
Le ministre a annoncé que l’appel d’offres pour l’achat des équipements débute ce mois-ci. Le système d’alerte sera pleinement opérationnel d’ici juillet 2014.
Lors de son intervention, Mamade Beebeejaun a rappelé que le présent système d’alerte météorologique installé au siège de la météo à Vacoas est connu pour s’occuper des cyclones. « Jusqu’ici le même système est utilisé en cas de marée de tempête, de tsunamis ou d’inondations soudaines (flash floods) ». Il s’est félicité de l’institution de ce nouveau système d’alerte précoce aux marées de tempête.
Simon Springett s’est lui réjoui de l’association du bureau local de l’UNDP à la réalisation de ce projet.
Le directeur de la Météo et le PS au MoE & SD Premhans Jhugroo ont ensuite procédé à la signature du protocole d’accord.
Outre le MoE & SD et les services météorologiques, les partenaires du projet sont le Prime Minister’s Office, le National Disaster Risk Reduction and Management Centre, le Mauritius Oceanography Institute et le ministère des Finances.
L’absence du directeur général du National Disaster Risk Reduction and Management Centre, le DCP Khemraj Servansingh, a été remarquée.