La saison cyclonique 2013-2014 ne fait que commencer et beaucoup de personnes, particulièrement à Maurice, sont sous l’impression que les cyclones dits de petit diamètre ne sont pas aussi dangereux que ceux classés dans les catégories grand et moyen diamètres. Or, ce serait une grave erreur à ne pas commettre. En se basant sur des études scientifiques auxquelles il a consacré presque toute sa longue carrière, le météorologue Rajoo Veerasamy, ex-cadre de la station météorologique nationale aujourd’hui à la retraite, soutient que, selon les statistiques, c’est justement ce type de cyclones qui a causé à Maurice les dégats les plus importants, surtout en termes de morts et de blessés.
Selon Rajoo Veerasamy, les dégâts occasionnés par les cyclones de petit diamètre sont, en partie, les conséquences d’un rélâchement de la vigilance du public, alors que le danger est réel. On en avait eu la preuve, dit-il, lors du désastreux passage sur l’île du fort cyclone tropical Claudette, le 22 décembre 1979. À deux jours du réveillon de Noël, ce cyclone fit sept morts parmi une population qui avait la tête déjà à la fête.
Le météorologue avance que pour un très grand nombre de gens, tous les cyclones auraient les mêmes caractéristiques. Ce qui est faux! Les analyses de toutes les observations faites durant le passage des cyclones tropicaux ont démontré que les cyclones peuvent être classifiés en trois catégories: ceux de petit diamètre, ceux de moyen diamètre et ceux de grand diamètre.