Le ministre de l’Environnement, Etienne Sinatambou, qui participait à l’ouverture d’un atelier de formation sur la gestion des catastrophes naturelles (Operational Disaster Management of Local Emergency Operations Command) à l’hotel Ravenala Attitude, à Balaclava, a souligné l’importance de prévenir les catastrophes naturelles avant que celles-ci n’arrivent.

« Il est aujourd’hui important de gérer les risques de désastre. En 2015, nous avons revu les « natural disasters scheme » ainsi que tous les protocoles qui sont déclenchés avant, pendant et après un désastre, que ce soit pour une pluie torrentielle, un cyclone, un tsunami ou un tremblement de terre. Désormais, il y a un protocole pour n’importe quel désastre », a déclaré le ministre de l’environnement.

Selon Etienne Sinatambou, les drains constituent un des plus gros problèmes à Maurice, d’autant que certains, dit-il, sont « mal construits et entretenus ». Il poursuit : « En 2018, avec l’amendement du Local government act, si une personne construit illégalement sur un drain ou à côté d’une rivière, il est désormais passible d’une amende », affirme-t-il.

Concernant la Journée internationale du recyclage, observée ce lundi 18 mars, le ministre Sinatambou a indiqué que le gouvernement élabore en ce moment un National Solid Waste Management Strategy ainsi qu’un projet sur la dépollution des véhicules abandonnés. Les différentes parties des véhicules seront par la suite recyclées, a-t-il informé.