C’est une messe empreinte de symbolisme qui s’est déroulée hier matin en la Cathédrale Saint Louis, dans la capitale. Une messe pas comme les autres car en ce dimanche 9 septembre marquant le pèlerinage au caveau du Père Laval à Ste Croix, c’est en hommage à ce religieux que l’Évêché a tenu une cérémonie de prières très spéciale. Et pour cause, il était question du dévoilement du buste en marbre réalisé par les artistes italiens Fulvio Merolli et Alessia Forconi. Ces derniers étaient présents, de même que la présidente de l’Association des Mauriciens à Rome, Yvonnette César, instigatrice de l’événement. Mgr Piat et les évêques de l’océan Indien participaient à la messe.
« Je ne peux trouver mes mots… Ki mo pu dir zot ? Zordi, se enn signe ki Pere Laval finn avoy nou. Mo pa pe konpran… C’est un rêve que de ramener le Père Laval dans l’église où il a tant donné de lui-même. » C’est avec ces mots que Yvonnette César, Mauricienne établie « depuis 40 ans ! » à Rome, en Italie, s’est adressée aux paroissiens venus nombreux en ce dimanche matin à la Cathédrale St Louis, à Port-Louis. « En 1963, j’avais effectué le pèlerinage du Père Laval et j’avais été lui demander une grâce. Ma soeur passait par un terrible moment. Elle avait un énorme problème de santé et on avait une très grande et difficile décision à prendre. J’avais été vers le Père Laval pour m’en remettre à lui… » Depuis, Yvonnette César n’a « jamais cessé de prier le Père Laval. Il occupe une place capitale dans ma vie ».
Et c’est mue par cette foi et cette dévotion qu’elle s’est lancée depuis l’an dernier avec les 150 familles mauriciennes réunies au sein de l’Association des Mauriciens à Rome (voir plus loin) pour faire admettre un buste du Père Laval dans une église qu’elle fréquente à Rome, afin de pouvoir continuer à le vénérer. « Ce ne fut pas chose facile, concède Yvonnette César. Nous avons fait appel à Mgr Piat, ici. Et de notre côté, à Rome, nous nous sommes organisés. Nous avons approché les différentes paroisses ; nous avons été expliquer qui est le Père Laval ; ce qu’il représente pour nous, Mauriciens ; son oeuvre pour les plus démunis ; et pourquoi il occupe une place si importante dans nos coeurs. » Par la force de leurs efforts, Yvonnette César et les familles mauriciennes établies à Rome parviennent à gagner l’écoute et déclencher le dialogue avec les autorités religieuses concernées en Italie.
En octobre 2011, Mgr Maurice Piat est invité à l’église St Marcellino & Pietro de Rome pour y dévoiler le buste du Père Laval qui y a été aménagé. Dans son homélie hier à la Cathédrale, Mgr Piat n’a pas manqué de saluer « la ténacité qui a caractérisé les efforts conjugués des familles mauriciennes établies à Rome pour faire admettre ce buste dans cette paroisse romaine. Des efforts dont nous voyons aujourd’hui encore le couronnement en accueillant ce buste également à la Cathédrale ». Mgr Piat devait encore souligner « la chaleur et la fraternité qui caractérisent désormais ces deux communautés ; celle des Mauriciens vivant à Rome et celle qui vit ici à Maurice. C’est grâce à des Mauriciens vivant là-bas que ce jumelage se fait aujourd’hui ».
Et Yvonnette César de confirmer : « Il nous a fallu beaucoup de persévérance et de détermination pour arriver à bout de ce projet ! » Hier, a encore ajouté la présidente de l’Association des Mauriciens à Rome, « 49 ans après, j’ai une nouvelle fois marché pour aller au tombeau du Père Laval. Mais cette fois, je ne lui ai pas demandé une grâce. Plutôt, je l’ai remercié. Je lui ai dit merci de nous avoir aidés à réaliser ce fabuleux rêve que d’avoir son buste à la Cathédrale ! » Rappelant la parole sacrée « Vini, ou pou trouve », Yvonnette César devait souligner qu’il faut « s’armer de beaucoup de patience et de courage pour aller au bout de ce qu’on a entrepris. Pour arriver à avoir ce buste aujourd’hui dans la Cathédrale, ça n’a pas été facile. Il nous a fallu lutter ». Mais, reconnaît-elle, « aujourd’hui, c’est un très grand moment pour nous. C’est un aboutissement ; un rêve devenu réalité ».
Le Père Michel Moura, qui officie d’habitude à la Cathédrale St Louis, a, pour sa part, au moment du dévoilement du buste réalisé par les artistes italiens, évoqué « un grand geste symbolique, tout comme ce jumelage entre nos deux paroisses scellera une amitié nouvelle, réunissant deux communautés séparés géographiquement ».
Mgr Piat, fidèle à lui-même, n’a pas manqué de rappeler l’immense contribution du Père Laval quand celui-ci officiait à la Cathédrale. Établissant un parallèle avec St Paul, l’évêque de Port-Louis a rappelé l’épisode de l’épidémie de choléra à Maurice. « Le Père Laval n’avait pas suffisamment de ressources à sa disposition pour aider les frères et les soeurs qui mouraient comme des mouches. Alors, il décida de former les uns et les autres, hommes et femmes de la paroisse, pour aller donner le dernier sacrement à ceux qui allaient mourir ; leur apporter la bonne nouvelle, afin qu’ils meurent en paix. » De même, a relevé Mgr Piat, « c’est le Père Laval qui a initié le système de secours mutuel ; l’aide qui existe et fonctionne aujourd’hui quand il y a un décès dans une famille. De la même manière, le Père Laval avait lancé un réseau de catéchistes qui transmettaient la bonne parole. Cela, à Port-Louis, mais également en dehors de la capitale ; jusqu’à Vacoas, Petite-Rivière, Bambous, Souillac, Mahébourg, Ste Croix, Montagne-Longue ou encore, La Salette… » L’évêque de Port-Louis devait faire ressortir comment « après le décès du Père Laval, quand d’autres missionnaires vinrent à Maurice, ils furent très impressionnés par l’immense travail qu’avait accompli le Père Laval par le biais de cette transmission de la foi. Eux-mêmes n’avaient jamais vu cela en Europe ! »
Était présent également à la messe hier matin, Don Giuseppe Pino, l’abbé de la paroisse romaine St Marcellino & Pietro. Il devait, dans une courte allocution en français souligner pour sa part « l’amitié liant désormais les deux communautés avec ce jumelage ».
Après la messe, évêques, prêtres, membres de la délégation des familles mauriciennes vivant à Rome et tous les paroissiens devaient converger vers la rue sir William Newton, attenant à la cure de la Cathédrale. Mgr Piat y dévoila une porte qu’avait fait réaliser le Père Laval pour donner accès aux esclaves affranchis « et qui n’avaient pas le droit d’emprunter l’accès officiel en ces temps-là. Mais comme le Père Laval était toujours plus près des plus pauvres et des plus démunis, il avait fait pratiquer cette porte afin que ces Mauriciens nouvellement affranchis puissent venir vers lui. Il leur dispensait des cours de spiritualité et il y avait également là, un confessionnal très prisé par ces paroissiens ». Avec le temps et divers travaux, cette entrée avait été bouchée. Mais cette année, en marge des activités marquant le pèlerinage du Père Laval, avait signalé le Père Moura, « nous avons souhaité restaurer cette porte, symbole de l’oeuvre du père Laval ».