Une messe d’action de grâce a eu lieu samedi matin en la cathédrale Saint-Louis à l’occasion du 150e anniversaire des Soeurs Filles de Marie. La cérémonie été présidée par l’évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, qui avait à ses côtés le nonce apostolique de Madagascar, Eugène Martin Nugent et des prêtres du diocèse.
La congrégation des Soeurs Filles de Marie a été fondée en 1849 à l’île de La Réunion par Mère Marie Magdeleine de la Croix (née Aimée Pignolet de Fresnes), peu après l’abolition de l’esclavage.
C’est sur l’invitation du Père Jacques Désiré Laval que la congrégation s’est installée à la rue La Paix à Port-Louis en 1864, dans le but d’ouvrir des écoles.
La congrégation Soeurs Filles de Marie compte aujourd’hui 11 communautés à travers le pays.
Lors de son homélie, Mgr Maurice Piat a déclaré que la présence de la congrégation Soeurs Filles de Marie sur le sol mauricien depuis 150 ans est le plus grand cadeau que le seigneur a fait à l’île Maurice et au diocèse de Port-Louis en faisant germer cette décision dans le coeur de Mère Marie Magdeleine de la Croix.
Cette religieuse a eu un geste prophétique de fonder cette communauté où les filles des anciens esclaves comme les filles des anciens maîtres vivaient ensemble sous le même toit et dans une égalité totale au sein d’une même famille.
Mgr Maurice Piat devrait rappeler dans son homélie que sir Seewoosagur Ramgoolam avait fréquenté une l’école primaire RCA de Bel-Air, qui est sous la responsabilité de la communauté des Soeurs Filles de Marie. Le collège Notre Dame, qui se trouve à Curepipe et qui accueille 900 jeunes filles de toutes religions, est aussi sous la responsabilité de cette congrégation. D’ailleurs ce collège fêtera ses 60 ans demain.