L’ex-petite amie de Hussein Abdool Rahim, Lynn Joëlle Ah Fat, s’est rendue au CCID hier après-midi pour fournir d’autres éléments d’informations suite à sa déposition consignée la semaine dernière. Elle a allégué que le “whistleblower”, qui a fait tomber l’ex-Attorney General, Ravi Yerrigadoo, dans l’affaire Bet365, lui aurait fait du chantage, la forçant à se dénuder pour des séances de strip-tease devant sa webcam. Accompagnée de son avocat, Me Siddhartha Hawoldar, la plaignante a accusé son ex-petit ami de violence car l’ayant déjà tabassée dans le passé pour une histoire d’argent.
Au CCID hier, Lynn Joëlle Ah Fat a soutenu avoir prêté l’année dernière Rs 500 000 à Hussein Abdool Rahim pour éponger une dette auprès d’un policier pour une affaire d’escroquerie, mais que son ex-petit ami ne lui aurait remboursé que Rs 10 000. Elle a également avancé que ce dernier l’a agressée à chaque fois qu’elle lui réclamait son argent et qu’il la forçait même à se dénuder devant sa webcam. Lynn Joëlle Ah Fat a soutenu que le “whistleblower” aurait montré ces scènes coquines à des amis en live streaming. Par la suite, il l’aurait menacée de diffuser publiquement la vidéo s’il n’obtenait pas plus d’argent. D’ailleurs, elle a remis aux hommes de l’ACP Devanand Reekoye des numéros de certaines personnes qui auraient en leur possession des photos intimes d’elle. Cette habitante de la capitale devrait retourner au CCID ce mercredi pour un examen de son cellulaire et pour montrer aux enquêteurs les messages échangés avec Hussein Abdool Rahim sur cette affaire de sextorsion.
La semaine dernière, Lynn Joëlle Ah Fat, Project Manager dans une firme privée à Cassis, avait consigné une plainte contre son ex, l’accusant de lui avoir soutiré Rs 500 000. Elle avait fait sa connaissance en juin 2016 en fréquentant la gym de l’hôtel Le Suffren, où Hussein Abdool Rahim s’était présenté comme ingénieur. En octobre, il lui a fait part de ses déboires judiciaires suite à une plainte logée contre lui par un policier pour escroquerie. Après un arrangement, il a accepté de rembourser Rs 750 000. Sauf qu’il ne disposait pas cette somme. Lynn Joëlle Ah Fat a déclaré que son ex lui a demandé de lui prêter de l’argent, tout en avançant qu’il disposait d’une belle somme dans des comptes bancaires à l’étranger, de même que sur le site Bet365. Il lui a dit qu’il ne pouvait y avoir accès car il fait face à un police case. La plaignante a déclaré à la police avoir effectué un prêt de Rs 300 000 auprès d’une banque et qu’elle a ajouté les Rs 200 000 de ses économies qu’elle a remis à Hussein Abdool Rahim. Ce dernier ne lui aurait pas remboursé sa dette. Du côté du CCID, une source proche du dossier avance que le whistleblower ne pourra échapper à une convocation, suite aux dépositions consignées contre lui par son ex-copine et par son camarade de gym Sylvio Sundanum.