Quarante-six jours après la déposition de l’ancien président de la République, sir Anerood Jugnauth, au QG du Central CID contre la directrice de communications et parlementaire travailliste, Nita Deerpalsing a été interrogée Under Warning par les enquêteurs de la police en fin de matinée. Cet exercice s’est déroulé de manière expresse car elle est arrivée en compagnie de son conseil légal vers les 10 h 45 pour repartir sans aucune autre forme de procès peu avant midi. En début d’après-midi, très peu de renseignements ont transpiré de cette séance d’interrogatoire.
À sa sortie des locaux du Central CID peu avant midi, Nita Deerpalsing a renvoyé les journalistes présents aux Casernes centrales à son avocat pour tout commentaire sur le déroulement de l’interrogatoire. De son côté, Me Bhuckory n’a pas été aussi volubile que la directrice de communications du Parti travailliste.
Aucune charge provisoire n’a été retenue contre Nita Deerpalsing. Son avocat et elle ont collaboré avec le Central CID. Nita Deerpalsing a rédigé en personne sa déclaration sur la Statement Pad en présence de l’assistant commissaire de police, Pregassen Vudamalay, du surintendant Yashdev Callee et du chef inspecteur Seeballuck.
« Les instructions de ma cliente pour la déclaration de presse sont qu’elle a été interrogée Under Warning par les enquêteurs. Elle a catégoriquement démenti les allégations portées contre elle, préfère s’en tenir à cela et ne compte pas faire d’autres déclarations à ce stade vu que l’enquête de la police est toujours en cours », a déclaré Me Bhuckory sans ajouter d’autres précisions.
Décodant la courte déclaration de l’avocat de Nita Deerpalsing, l’accent est mis sur la partie à l’effet qu’elle a démenti les allégations contre elle. L’interprétation de cette phrase est que la directrice de communications du Parti travailliste aurait maintenu sa déclaration relative aux rencontres alléguées entre le leader du Front Solidarité Mauricien (FSM), Cehl Meeah, et les leaders du remake 2000, sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger, au sujet d’un éventuel complot ourdi pour impliquer un membre du gouvernement dans le transfert présumé de Rs 35 millions pour le compte du réseau de trafiquants de drogue de Gros Dereck.
Les sources policières contactées en vue d’obtenir confirmation de ce scénario se sont refusées à tout commentaire en indiquant que l’enquête suit son cours sur la base des détails de l’interrogatoire de la parlementaire du Labour. Une piste que devront approfondir les limiers du Central CID tourne autour de la teneur des échanges au Prime Minister’s Office lorsque Cehl Meeah avait été reçu par Navin Ramgoolam, peu après les premières allégations dans cette affaire de transfert de fonds lors de la Private Notice Question du leader de l’opposition, Paul Bérenger.
Ces détails sur les contacts entre Cehl Meeah et les leaders du Remake 2000 auraient émané des confidences d’une des parties présentes. À ce stade, Cehl Meeah, sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger ont nié tout contact et tout complot. L’enquête du Central CID, qui a atteint un point délicat, se poursuit.