David Mirbel-Nelson, le directeur de Beltin Express Ltd, société de fret maritime et aérien entre Londres et Maurice avec pour clientèle principale des Returning Residents, ne s’attendait pas à la nouvelle tournure de l’opération Lamborghini, menée par le Central CID. Il était convaincu de son statut de témoin dans cette enquête du Central CID sur des cas de fraude douanière à l’importation de voitures de luxe, principalement des Porches, BMW et autres Mercedes. Toutefois, en début de semaine, il a passé une nuit en cellule policière avant d’être inculpé de fraude de Rs 7 millions à l’importation de deux grosses cylindrées.
En cette fin de semaine, David Mirbel-Nelson doit se battre pour obtenir le feu vert des autorités en vue de se rendre à Londres pour conclure des procédures de divorce. En parallèle, le Central CID a pris la décision d’étendre à l’Europe, plus particulièrement à l’Allemagne, son enquête sur l’approvisionnement de voitures de luxe de l’axe Beltin Express/SS Motors Ltd. Un autre volet de l’enquête porte également sur un Audit Trail des comptes bancaires du suspect Mirbel et de ses proches pour établir l’étendue de ces transactions frauduleuses.
Des limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police Pregassen Vuddamalay sont convaincus que Beltin Express Ltd, opérant à partir du Surrey en Grande-Bretagne, est engagée à fond dans cette affaire d’importations frauduleuses de voitures de luxe en utilisant le paravent du Returning Resident Scheme. A ce stade, David Mirbel-Nelson s’est fait rattraper par deux cas seulement même si du côté des enquêteurs, l’on s’attend à ce que le suspect soit confronté à une bonne vingtaine d’autres importations frauduleuses.
Jusqu’ici, le directeur de Beltin Express Ltd,  qui a retenu les services de Me Anil Gayan, Senior Counsel, s’est gardé de livrer à la police des Bills of Lading et autres Documentary Evidence susceptibles de l’incriminer à une étape ultérieure de l’enquête. Mais le Central CID est déjà en présence d’éléments sur la flotte de voitures ayant transité dans les locaux de Beltin Express au Surrey avant d’être embarquées pour l’étranger.
Dans cette perspective, le Central CID étudie les différentes options, dont une étroite collaboration avec le Serious Fraud Office à Londres et les autorités compétentes en Allemagne, pour des enquêtes approfondies au sujet de la provenance des voitures de luxe commandées par Dhaneswar Toolsee pour les clients de SS Motors Ltd auprès de Beltin Express Ltd. La police n’écarte pas la possibilité que certains des bolides pourraient provenir de trafic de voitures volées sur le continent européen transitant à Londres avant d’être expédiées à Maurice et ailleurs dans le monde.
Commission dans un compte à Maurice
La coopération envisagée avec les autorités britanniques et allemandes est considérée comme étant cruciale dans le démantèlement de ce réseau de trafiquants de voitures sur des marchés extrêmement lucratifs. Entre-temps, le Central CID compte avoir recours à une série de Judge’s Orders en vue de procéder à un examen complet des différents comptes bancaires déjà identifiés et opérés au nom de proches parents du suspect.
Comme on le sait, le recrutement des Returning Residents renonçant à leurs privilèges hors taxes sur des voitures se faisait en Grande-Bretagne par des représentants de Beltin Express Ltd. Le slogan utilisé pour convaincre ces Mauriciens rentrant au pays après un séjour de plus de dix ans à l’étranger était « kouma ou rantr Moris, ou gagn Rs 100 000 dans lame ». Avec la conclusion de chaque transaction frauduleuse, David Mirbel-Nelson bénéficiait du versement d’une importante commission effectuée par SS Motors Ltd dans un compte bancaire spécifique à Maurice. L’historique des versements bancaires demeure la clé du chiffre d‘affaires généré par le business vu que le montant en question représentait un pourcentage spécifique la transaction.
Les malheurs de David Mirbel-Nelson ne s’arrêtent pas au business de voitures de luxe. Avec la publication de sa photo dans la presse lors de son arrestation, des Mauriciens, de retour au pays, ont affirmé être victimes de cas d’escroquerie caractérisée de ce suspect. Des dépositions ont été consignées par ces victimes au central CID accusant le directeur de Beltin Express Ltd de divers délits comme vols d’objets de valeur, qui lui sont confiés pour être transportés à Maurice dans les conteneurs ou encore de réclamations douanières fictives sur d’autres articles ramenés à Maurice.
Les victimes soutiennent que jusqu’ici, elles n’avaient pas dénoncé David Mirbel-Nelson parce qu’elles n’avaient aucune indication sur l’endroit où se trouvait ce dernier. Dans les jours à venir, le directeur de Beltin Express Ltd sera convoqué de nouveau aux Casernes centrales pour des séances d’interrogatoires et d’éventuelles inculpations.
En dernier lieu, le Central CID a objecté formellement en fin de semaine à une demande de Variation Order au sujet de l’interdiction de voyager logée contre le suspect David Mirbel-Nelson. Les autorités craignent qu’une fois que celui-ci aura quitté le territoire mauricien pour Londres, il ne reviendra pas pour répondre de ses actes devant la justice ou encore qu’il y a encore de risques de « tampering with evidence » à Londres.
De son côté, le directeur de Beltin Express Ltd soutient qu’il doit se rendre à Londres pour régler un procès de divorce avec son épouse, comme quoi un malheur ne vient jamais seul…