La prise de contacts ce matin au QG du Central CID par des conseils légaux de Thierry Lagesse, en l’occurrence Mes Sanjay Bhuckory, Senior Counsel, et Jason Harel n’a été qu’une pure formalité. Ces derniers ont transmis aux responsables de l’enquête sur la fraude fiscale à l’importation de la Mercedes “papillon” immatriculée 1171 FB 11, les assistants commissaires de police Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, le fait concret que Thierry Lagesse ne rentrera à Maurice que vers la fin de ce mois. D’autre part, dans une déclaration écrite remise aux journalistes à la sortie du Central CID, Thierry Lagesse maintient qu’il n’a commis aucun délit dans cette affaire de voiture de luxe importée sous le Returning Resident Scheme. Par ailleurs, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) pourrait s’intéresser à ce réseau d’importateurs de grosses cylindrées sous le Returning Resident Scheme sur la base de dénonciations en règle avec la liste de voitures concernées et l’identité du cerveau dévoilée.
Ce matin, les avocats de l’ancien président du conseil d’administration du Groupe Mon Loisir, le No 1 des Top 100 Companies à Maurice, n’ont pas été en mesure de communiquer au Central CID la date exacte du retour de vacances de Thierry Lagesse. D’ailleurs, un communiqué émis ce matin par la firme de communications Mediatalks et portant la signature de Jean-Marie Richard, soutient que cette date sera communiquée à la police subséquemment.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes après le rendez-vous de ce matin indiquent que la direction générale du Central CID aurait adopté la ligne dure par rapport à l’urgence de la situation à ce stade de l’enquête. « Le plus tôt Thierry Lagesse se présente à la police pour son interrogatoire, le mieux ce sera pour lui. C’est dans son intérêt qu’il écourte ses vacances à l’étranger pour venir éclaircir des zones d’ombre dans cette affaire », aurait fait comprendre le Central CID aux hommes de loi de Thierry Lagesse lors du court entretien de ce matin.
Le Mauricien n’a pas été en mesure de confirmer si le Central CID aurait formulé le souhait de voir l’ancien Chairman du Groupe Mon Loisir rentrer à Maurice dans les prochaines 24 heures. Ces mêmes sources avancent que les enquêteurs de la police n’ont aucun mandat pour négocier ou discuter avec des hommes de loi. « Nous avons besoin de Thierry Lagesse pour un interrogatoire à des fins d’enquête dans une affaire criminelle », ajoute-t-on aux Casernes centrales.
À la sortie de Mes Bhuckory et Harel des locaux du Central CID, une communication écrite était distribuée aux journalistes présents. Thierry Lagesse rejette les allégations et les accusations portées contre lui dans cette affaire d’importation frauduleuse de la Mercedes Benz SLS 63 AMG avec un manque à gagner de Rs 8 millions sous forme de taxes à l’État.