En novembre 2005, il nous disait “Koz sa”. Six ans après, il revient, porteur d’un nouveau message : “Antisipe”. Pascal Ferdinand, alias Dagger Kkila, qui a fait ses armes au sein des Boogie Side Gang et OSB, dévoile un autre pan de son (très riche) talent. En quatre morceaux, versions audio et clips inclus, une incursion dans l’univers actuel d’un jeune artiste très prometteur.
Serein. Souriant. Solide. Ce sont trois sentiments que dégage et que respire Dagger Kkila. L’homme dit avoir entrepris « un voyage initiatique. Par souci et besoin de m’améliorer, m’enrichir artistiquement. Approfondir mes connaissances et aller à la découverte de nouveaux horizons. » Aller traquer l’inspiration sur de nouvelles contrées…
Le résultat — partiel — se déguste, tel un plat savoureux, en ces quatre titres, Dan kartye, dan site ; Nou kiltir ; Zom fam et Change the mood. Et sertis de leurs versions vidéo, dans le même souffle. Car “Antisipe” n’est pas un album, mais un CD contenant les quatre morceaux en audio et doublé d’un DVD contenant les clips des quatre chansons, plus un making of, une interview de l’artiste, une galerie de photos… Et le tout pour Rs 200. Un cadeau aux fans. Autant que pour ceux qui iraient à la découverte de l’artiste. Mais surtout, signale le principal concerné : « Une manière de permettre au public de dire non au piratage. Deux produits, un audio et un DVD, pour Rs 200, j’espère que les Mauriciens seront solidaires des artistes et refuseront de soutirer les pirates ! »
“Antisipe” injecte de nouvelles nuances à la couleur musicale de Dagger Kkila. « Mo tuzur pu enn soldat ragga/reggae. C’est mon style de prédilection et je m’y retrouve bien, concède-t-il. Mais j’ai toujours été ouvert à toutes les musiques du monde… » Et cela se vérifie avec son incursion dans son nouvel univers : aux groove ragga/reggae, l’artiste ajoute des pointes de séga, de jazz, saupoudre un peu de pop. Le tout bien secoué donne quatre mélodies aux refrains très catchy, faisant des titres des tubes potentiels certains !
Dan kartye, dan site, qui ouvre le CD, en est le parfait exemple. Chanson engagée sur la nécessité de prendre conscience des problèmes et fléaux qui guettent notre société, le premier titre se décline aux sons ragga/reggae que l’on connaît de l’artiste. Mais l’innovation, c’est la simplicité des paroles, pourtant fortes et lourdes de sens. Un trait de génie que l’on doit reconnaître à Dagger Kkila et qui fait, hélas, souvent défaut à d’autres artistes et formations dont les compositions sont très éloquentes, mais sont pénalisées par des constructions de phrases et formules trop longues et trop complexes.
« J’ai souvent été attiré par des styles divers », poursuit notre interlocuteur. Il raconte ainsi comment une fois, il a été pris d’un coup de blues, si on peut dire ainsi. « Je suis allé proposer cette composition bluesy à un artiste dont c’est plutôt le style. Il m’a regardé et dit “C’est toi qui as eu cette inspiration ?”J’ai dit oui. Il m’a alors fait comprendre que “si cette inspiration t’est venue, c’est que cette création est pour toi !” » Dagger Kkila a ainsi décidé de suivre ce précieux conseil…
« Évidemment, sur “Antisipe”, je ne change pas radicalement de style ! » convient-il. Sachant que « les fans ne se reconnaîtront pas et ne seront peut-être pas prêts à me suivre sur de nouvelles bases. » À la place, il privilégie une approche réconciliatrice : « “Antisipe” est un aperçu, une entrée en matière de l’aventure, du voyage dans lequel je me suis embarqué. Mes fans ainsi que ceux qui viendront à ma rencontre, via ce CD, découvriront ma couleur musicale… »
“Antisipe” est dans les bacs depuis quelques semaines déjà.