Un flou plane sur la justesse des urnes depuis novembre dernier. On en serait à une question de légitimité. Il importe aux accusateurs d’apporter les preuves nécessaires. Si d’aucuns parvenaient à démontrer la maldonne, nous devrions anticiper une autre élection. Ce serait une situation bien compliquée. Attendons voir…

Cela pourrait entacher la carrière de nombreux camarades de parti, qui évidemment ignoraient l’existence du bourrage d’urnes. Et ce serait la preuve que nous sommes pris pour quantité négligeable. Car une des rares fois où notre voix compte, serait devenue une occasion confisquée par les puissants du jour. Bonjour la démocratie !

Notre opinion semble ne pas avoir beaucoup d’importance. Ce que nous pensons n’a pas non plus l’air de vachement intéresser ces messieurs et dames… du moment que nos petites croix sont bien mises à côté de leur honorable patronyme. Si jamais cette supposition est avérée, l’on serait en droit d’espérer que ceux concernés aient la décence de se retirer de la chose politique car ces individus seraient indignes de nous représenter

Ce serait un grossier manque de respect envers la population que de continuer une carrière politique lorsque la justice vous trouve coupable de choses indignes d’un serviteur du peuple. Mais démissionner n’est pas dans les habitudes de ceux qui ont fauté durant leur mandat. Ce n’est pas dans nos mœurs politiques. Le retrait n’est pas une pratique courantes chez nos honorables.
Je voudrais être optimiste mais je n’y arrive pas. Car ce monde est profondément corrompu par l’appât du gain. Un désir qui ne laisse pas insensibles les hommes de pouvoir mais je ne vous apprends rien. Nous n’avons pas forcément une image positive du politicien. Qu’est-ce qui coince au fond ?
Et voilà que de but en blanc nous apprenions vendredi 31 janvier un « incident mineur » sur la ligne du métro léger, précisément à l’endroit où le petit train aurait dû s’élever sur pilotis. Vous avez dit maldonne ou précipitation ? Attendons que d’éventuels experts rendent un verdict avant que quelqu’un ne meurt. Car pour le moment nous nageons dans le grand flou.
Pourquoi avons-nous l’impression d’une bande d’ados qui se mettent ensemble pour former un quorum pour éprouver une forme de supériorité sur l’autre camp ? Ces gentlemen semblent avoir pigé que l’union fait la force. J’ai cru comprendre que l’opposition se réunissait afin de mieux donner la réplique au camp d’en face. Grand bien leur en fasse !

Est-ce que la dignité serait absente malgré les costumes et les décorations ? Il y a comme un manque de savoir-être à la tête de ce pays. Ce n’est bien sûr qu’une opinion mais n’oublions pas que l’exemple vient d’en haut. Il ne faudra pas s’étonner après que les jeunes adoptent ces travers. Et ça recommencera bientôt. D’où vient ce manque de dignité ?