Pour marquer la fin de l’année scolaire, les enfants et les jeunes fréquentant le Centre d’éducation et de développement des enfants mauriciens (CEDEM) ont participé à une exposition des travaux qu’ils ont effectués tout le long de l’année, à partir des matériaux de récupération avec le soutien de leur professeur de travaux manuels, Priya Gaya, la semaine dernière, au centre de Floréal.
Ils ont douze ans ou plus. La plupart souffrent d’un handicap mental, ce qui retarde leur développement, pourtant, avec les précieux conseils de leur professeur, ils arrivent à créer des merveilles à partir de la récup. Porte-lampe en forme de lotus fabriqué à partir de bouteilles en plastique, bijoux confectionnés avec du papier magazine enroulé, corbeille créée à partir du papier journal enroulé et décoré… Ce sont là quelques exemples des travaux exposés au CEDEM à la veille des vacances d’été.
Priya Gaya, qui s’est jointe au CEDEM, sur une base volontaire, cette année, souligne que « les ateliers d’art et d’artisanat permettent aux enfants de prendre conscience qu’ils peuvent créer des choses magnifiques de leurs mains ». Elle observe que l’activité les aide aussi à se détendre et à se concentrer sur ce qu’ils font. « Ils sont très heureux quand ils sont en classe et qu’ils arrivent à créer quelque chose de leurs mains ». Notre interlocutrice souligne que les objets qui sont à la fois décoratifs et utilitaires sont tous fabriqués à partir de la récup. « On travaille sur des thèmes qui touchent notamment aux grandes fêtes religieuses ou nationales ». Selon notre interlocutrice, qui se rend au centre deux fois par semaine, le premier projet a été la confection des bracelets à partir de papier magazine. « Ensuite nous avons fait des paniers à partir de papier journal pour Pâques. Pour la fête des mères, ça a été des fleurs, plus précisément des roses, taillées dans des plateaux d’oeufs en carton moulé que les enfants ont montées et peintes. Pour la fête de la musique, nous avons créé des instruments de musique à partir d’une boîte de conserve et un ballon, entre autres ». Eid, Ganesh Chaturthi, Divali et Noël sont autant de fêtes qui ont marqué le calendrier de travaux manuels du CEDEM. Les dernières créations ont été des porte-lampes et des paniers pour Divali et des guirlandes, arbres de Noël et autres décorations de Noël. « On a souvent tendance à croire que ces enfants ne peuvent rien faire, mais ce sont des enfants qui aiment travailler avec les mains mais il faut qu’on leur propose des activités attrayantes. Cela les valorise », souligne la directrice du CEDEM, Rita Venkatasawmy, qui observe que Mme Gaya est venue donner un nouvel élan à l’activité. Farah Dookhith, psychologue au CEDEM, souligne, pour sa part, que ces activités contribuent à la fois aux développements cognitif et moteur de ces enfants car « souvent à la maison, ils ne font pas grand-chose et le développement est d’autant plus retardé. Ici, bien qu’il faille toujours leur rappeler ce qu’ils ont fait et comment procéder à chaque fois qu’ils reprennent une activité, nous avons constaté des changements visibles chez ces enfants ».
Priya Gaya ajoute qu’à chaque occasion, les enfants ramènent une de leurs créations à la maison. Une manière de les valoriser et de partager ce qu’ils ont fait avec leurs parents. L’année prochaine, le CEDEM compte aller plus loin avec cette formation en l’ouvrant aux parents qui souhaitent être initiés. « Les parents sont aussi intéressés par l’activité », affirme Rita Venkatasawmy. Le CEDEM prévoit une exposition publique pour 2016. Et pourquoi pas en faire une activité qui rendra ces jeunes du CEDEM économiquement autonomes !