Le Front de Solidarité Mauricien (FSM), dirigé par Cehl Meeah, a présenté hier à la presse quelques membres de son équipe de 60 candidats. Selon ses dires, son parti dispose d’une équipe « représentative de la famille mauricienne » et « compétente, pouvant assumer la direction des affaires » du pays. Selon lui, son équipe détient « les solutions pour résoudre les problèmes de l’heure », ajoutant que son éventuel gouvernement pourrait compter sur une aide financière provenant des pays arabes amis.
« Nous sommes le seul bloc à aligner un membre de la communauté sino-mauricienne dans le No 2, en l’occurrence Nelson Mirbel. Cette communauté a été complètement négligée par les deux alliances », a affirmé le leader du FSM, ajoutant qu’il « n’y a pas de grands et de petits partis dans ces élections ». Il n’a pas non plus caché sa « fierté d’avoir pu aligner une femme », en la personne de Vawseen Choomka. Cette jeune candidate dans la circonscription No 2 est non seulement avocate, mais aussi une comptable diplômée, dirigeant même un établissement de formation en comptabilité.
Cehl Meeah estime que le FSM est le « garant de la stabilité sociale » et pourrait, dit-il, « prendre la place d’une des composantes des deux alliances qui quitterait l’équipe gouvernementale après une éventuelle prise du pouvoir ». Ce qui n’empêche pas le leader du parti de se dire « très confiant » en une victoire, surtout dans les circonscriptions Nos 2 et 3, où il croit pouvoir remporter « un score de 3-0 ». Il dit par ailleurs constater que, chez ses adversaires de l’alliance PTr-MMM, « Aadil Ameer Meea donne comme consigne aux militants de ne pas voter pour Shakeel Mohamed alors que Reza Uteem fait de même avec Razack Peeroo ».
En ce qui concerne la philosophie du FSM, les quatre grands axes annoncés sont le combat contre l’homosexualité, l’avortement, l’élimination du Best Loser System et les jeux de hasard. « Nous sommes compatissants face à la misère », a affirmé le député sortant en abordant le projet de société que proposera le FSM à l’électorat. Les priorités de ce programme gouvernemental sont : la création d’emplois, la lutte contre la pauvreté, l’amélioration du pouvoir d’achat, l’amélioration des secteurs de l’éducation et de la santé, la distribution d’eau potable, le “Law and Order”, l’écologie et les facilités pour ceux se rendant en pèlerinage du Hajj.