Si, depuis plusieurs mois déjà, le Parti Travailliste s’est gardé de se montrer virulent envers le MMM, et ce, tout en critiquant l’opposition (surtout le MSM) pendant ses conférences de presse hebdomadaires, tel n’a pas été le cas, hier matin. En effet, après avoir régulièrement salué le leader de l’opposition Alan Ganoo, Paul Bérenger et le MMM, le PTr n’a pas été tendre envers ses adversaires, hier. Même que c’est rouges de rage que les travaillistes ont commenté la “pensée spéciale” d’Alan Ganoo aux condamnés de l’Amicale, vendredi dernier. Alan Ganoo et son parti, le MMM ont visiblement irrité les rouges, cette semaine. Ces derniers ont haussé le ton envers Alan Ganoo, lui reprochant son discours à connotation politique, lors de la célébration nationale de la fête Eid-Ul-Fitr. Alan Ganoo, selon le PTr, n’a pas respecté la plate-forme religieuse, à la Sunni Razvi Academy à Plaine-Verte, vendredi dernier. En prenant la parole, le leader de l’opposition avait, en effet, eu une “pensée spéciale” pour les condamnés de l’Amicale. Patrick Assirvaden et Abdullah Hossen, respectivement président et responsable de la communication du PTr, ont remonté les bretelles du leader de l’opposition! “Eid-Ul-Fitr est une fête symbolique et un moment solennel. Pa enn plas pou fer politique! Le discours d’Alan Ganoo est malheureux!”, a scandé Patrick Assirvaden. Et de poursuivre: “Le Criminal Appeal Amendment Bill a été présenté au Parlement pour que justement, les innocents ne restent pas en prison… Si cela est en faveur (des condamnés) de l’Amicale, tant mieux! Mais ne faisons pas de cela une affaire politique. Dans leurs interventions à la radio, Steve Obeegadoo et Alan Ganoo ont plaidé pour qu’il n’y ait plus de discours politique dans des activités religieuses. Et voilà qu’à travers Alan Ganoo, le MMM a utilisé une plate-forme religieuse à des fins politiques!” Selon le président des rouges, le leader de l’opposition n’a pas fait preuve de la même “sagesse” que le Premier ministre, Navin Ramgoolam. “Le PM pann rant dan sa piez-là.”
Partageant l’opinion de son collègue, Abdullah Hossen a fait les éloges de Navin Ramgoolam, à ce sujet. Ce dernier a préféré défendre la philosophie du PTr sur la consolidation de l’unité nationale. “Il s’est fait un devoir de s’exprimer sur la solidarité du peuple mauricien vis-à-vis des Palestiniens. Aux tribunes des Nations unies, il a été, d’ailleurs, le seul PM à offrir son soutien inconditionnel pour la création d’un État palestinien”, a déclaré Abdullah Hossen. Il s’est insurgé contre les déclarations de Paul Bérenger, leader historique du MMM, et d’Alan Ganoo sur l’affaire l’Amicale. Abdullah Hossen a dit ne pas comprendre pourquoi ces derniers ont lancé un appel au président de la Commission de pourvoi en grâce et au discernement des membres du judiciaire, sans expliquer pourquoi. La loi sera, dit-il, un espoir pour tous ceux qui souhaiteraient voir la réouverture de leur dossier sur la base des “first evidence”.  Il précise: “Le principe de la séparation du pouvoir entre le législateur, l’exécutif et le judiciaire doit exister. Il ne faut pas envoyer de signal pour influencer les décisions. Nou pa trouve kifer bizin avoy siynal komision, ki enn institisyon ki oper an tout liberte.”
La demande de l’opposition pour une Criminal Review Commission calquée sur le modèle anglais ne tient pas, dit-il, car la Criminal Appeal Amendment Act donne la possibilité d’un “retrial”. Contrairement à la commission anglaise, avec la loi, la réouverture d’une affaire pourra déboucher sur un appel en Cour.
Le PTr a également critiqué le MMM pour son empressement sur la publication du White Paper sur la réforme électorale. “Le PM a raison de prendre son temps (…) Nous ne pouvons pas présenter un travail bâclé sur un dossier aussi sensible que le Best Loser System. Nous parlons là d’un nouveau mode de scrutin. Ceux qui sont en train de réclamer le White Paper étaient au pouvoir en 1982, 1991 et 2000. Kot zot réform? Kan MMM dan lopozision, li prese. Kan li dan gouvernman, li fer komite lor korbo, lisien eran! Pa koz MSM! Depi 91, li pa dakor ek reform elektoral. Du jour au lendemain, le MSM a changé d’avis, sa survie en dépend!”, a déclaré Patrick Assirvaden. Ce dernier a aussi laissé entendre que “sirman, PM pe met bann dernye retous lor White Paper…”
Le PTr a aussi jugé utile de revenir sur le succès retentissant du congrès de l’aile jeunes à Pailles, le 3 dernier. Qualifiant ce congrès – qui a vu la participation du gourou de la communication Robin Sharma – d’historique, le PTr estime qu’il “a donné une leçon aux passéistes.” Les jeunes, selon Patrick Assirvaden, ont démontré leur intérêt pour Navin Ramgoolam et “à leurs yeux, il incarne un PM sérieux et de confiance.” Mais il n’y a pas qu’aux yeux des jeunes que Navin Ramgoolam a brillé. “Il était un PM chic, ce jour-là. Un PM qui fait jeune et qui est jeune… dans la forme et dans sa tête. Il était très relaxe et c’est rempli d’inspiration qu’il a répondu aux jeunes”, a noté Patrick Asssirvaden.