Le secteur du Global Business à Maurice, anciennement connu comme l’offshore, doit continuer à attirer de nouveaux opérateurs afin d’atteindre une masse critique qui puisse le permettre de concurrencer d’autres centres financiers comme celui de Singapour. C’est ce qu’a déclaré le vice-Premier ministre et ministre des Finances qui intervenait vendredi soir à l’hôtel Hennessy Park, à l’occasion d’une réception offerte par l’Association of Trust and Management Companies (ATMC), pour marquer ses 15 années d’existence. Xavier-Luc Duval devait, par la même occasion, annoncer la signature cette semaine d’un traité de non-double imposition et d’un accord de promotion et de protection des investissements avec le Gabon.
Xavier-Luc Duval a fait appel à la collaboration de tous les acteurs du secteur du Global Business en vue de doter ce dernier d’une masse critique plus forte pour pouvoir faire face à la concurrence étrangère. Dans cette optique, le ministre des Finances a soutenu à nouveau que la prospérité continue du secteur dépendra dans une grande mesure des efforts déployés pour qu’il y ait des activités de substance commerciale accrues. « Substance is the key to continuing prosperity », a dit le Grand argentier. Car, selon lui, c’est la meilleure réponse qu’on puisse donner aux critiques, en particulier ceux qui affirment que le centre financier fonctionne comme une « letter-box ».
Le ministre des Finances a estimé qu’il est dans l’intérêt de toutes les management companies (sociétés qui assurent l’enregistrement et la gestion des dossiers des différentes compagnies étrangères opérant dans le secteur du Global Business) de veiller à l’éthique dans leur fonctionnement. « Il faut adopter les bonnes procédures et la bonne attitude », a-t-il insisté. XLD devait rappeler que dès sa nomination aux Finances, il avait demandé à la Financial Services Commission (FSC), le régulateur du secteur, d’intensifier ses inspections au siège des opérateurs. Il se réjouit que des mesures en ce sens ont été prises. Cependant, il a soutenu qu’il y a un besoin d’améliorer continuellement la culture d’entreprise et que le combat contre le blanchiment d’argent et pour la promotion de l’éthique et de la bonne gouvernance est toujours de mise.
Dans un autre ordre d’idées, le vice-Premier ministre et ministre des Finances a annoncé que son ministère a adopté une politique d’interactions soutenues avec les acteurs de l’industrie en vue de mieux répondre à leurs besoins en termes de législations et d’extension de la liste des pays avec lesquels Maurice devrait signer des accords de non double imposition ou de promotion/protection des investissements. Cette politique porte également sur la manière de procéder au niveau du marketing des nouveaux produits ou législations. XLD a indiqué que les démarches sont accélérées pour l’adoption du Limited Liability Partnership Bill et que des discussions sont en cours avec la FSC pour introduire de nouveaux textes de loi dont avec l’objectif d’intéresser les sociétés étrangères à établir leur bureaux régionaux à Maurice.