Si le leader du PTr affirme prudemment qu’il va aujourd’hui à Kewal Nagar pour célébrer un anniversaire, les Rouges, qui ont effectué une série de rassemblements ces derniers jours pour mobiliser leurs partisans, en attendent, cependant, une foule importante à ce premier rassemblement public du PTr, qui constituera en quelque sorte un “crowd test” pour son leader Navin Ramgoolam, après sa débâcle aux élections générales de décembre dernier et les différents scandales et accusations qui le touchent directement.
Ce sont les différents orateurs du PTr eux-mêmes lors des récentes réunions publiques qui font que ce rassemblement a valeur de test pour leur parti, mais aussi et surtout pour son leader Navin Ramgoolam. Ils ont exhorté leurs partisans à être présents en grand nombre en ce 20 septembre à Kewal Nagar, afin de démontrer qu’ils sont derrière Navin Ramgoolam. Arvin Boolell a lui était plus loin en expliquant que ce rassemblement du jour “sera le premier pas de la marche vers des élections anticipées”. Et c’est avec confiance, fort de l’accueil reçu par Navin Ramgoolam à Sébastopol, le 30 août dernier, pour la pose de la première pierre du Kashi Vishwanath Mandir, que le PTr attend aujourd’hui un signal fort de son électorat.
Les “réclames” de ses adversaires
C’est au Jardin de Pamplemousses, lors du rituel traditionnel de dépôt de gerbes sur le Samadhi de son défunt père, Sir Seewoosagur Ramgoolam, pour les 115 ans de sa naissance, que Navin Ramgoolam s’est exprimé en vue de cette réunion du jour.
Comme à l’accoutumée, le leader du PTr a été chaudement accueilli par des partisans présents, dont un bon nombre de femmes, qui ont brandi des pancartes à sa gloire. La cérémonie terminée, il n’a pas manqué de s’adresser et de répondre aux questions de la presse. Il a, d’emblée, dénoncé “les réclames” faites par l’alliance Lepep et ses adversaires contre lui. “Pas plus tard que ce matin (vendredi), j’ai vu qu’ils se sont manifestés dans un journal. Cela veut dire que, sur la base d’un soupçon, on est considéré comme coupable. Bagatelle Dam n’a rien à faire avec moi. Mais on raconte des histoires. Je me suis renseigné au journal concerné, et ils m’ont indiqué que c’est la police qui fait circuler cette information. La police ne ferait pas cela pour rien. Cela veut dire que certains ministres manipulent tout et font circuler certaines informations”, a déclaré Navin Ramgoolam. S’agissant de l’enquête engagée en Grande-Bretagne au sujet de l’utilisation de ses cartes bancaires, Navin Ramgoolam a fait comprendre qu’il n’y a aucun problème. Il estime que cette démarche s’inscrit dans la stratégie de ses adversaires. 
“Le PTr fait partie du patrimoine politique de Maurice”
Invité à commenter sur la manifestation prévue pour ce matin à Kewal Nagar et le retour du PTr sur le terrain politique, Navin Ramgoolam a répondu que ce parti fait “partie du patrimoine politique” de Maurice. “Cela veut dire qu’on ne peut pas l’effacer de la carte politique. Par conséquent, on ne peut pas parler de retour sur le terrain”, a-t-il ajouté. S’il affirme n’aller qu’à une célébration d’anniversaire pour ne prendre aucun risque sur la valeur actuelle de sa popularité, c’est un tout autre discours que ces acolytes ont tenu durant la compagne de mobilisation. La population a été invitée à venir en grand nombre pour rendre, certes, hommage au père de la Nation, SSR, mais aussi pour démontrer leur soutien à l’ex-Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le PTr.
Les Rouges, qui songent sans conteste à un retour rapide aux affaires, en capitalisant sur “l’immobilisme du gouvernement, la gestion partisane et désastreuse desdits scandales”, dont l’affaire BAI, et “la politique dominer de l’actuel gouvernement”, annoncent aussi des enquêtes sur les ministres actuels, une fois de retour au pouvoir. Ils pensent que les Mauriciens sont dubitatifs sur les affaires et scandales qui touchent leur leader et ses proches, et par richochet, le PTr, victimes, selon eux, d’une politique revancharde de l’actuel régime.
D’ailleurs, le leader du PTr ne cache pas son intention d’aborder la “situation malsaine” dans laquelle se trouve le pays et de dénoncer “les fausses nouvelles” parues dans la presse ayant pour but d’effrayer les gens. “J’en parlerai dimanche (aujourd’hui) à Belle-Rive. En temps et lieu, nous répondrons légalement. On ne peut pas, sur la base d’une fausse information manipulée, présenter les soupçons comme des faits. Cela aura des conséquences. Je me renseigne actuellement auprès de mes conseillers légaux”, a conclu Navin Ramgoolam.
Les principaux éléments rouges suivants étaient présents au Samadhi, vendredi matin : le président du PTr, Patrick Assirvaden, Arvin Boolell, Cader Sayed Hossen, Shakeel Mohamed, Osman Mahomed et Kalyanee Jugoo. Cette dernière a animé une chorale de femmes qui ont entonné des chants tout au long de la cérémonie. Etaient également présents, le Pandit Sunkur et le nouveau venu, Rama Valayden, qui s’est réjoui d’avoir réussi à faire de la cérémonie de dépôt de gerbes un succès grâce à un bon travail de mobilisation…