Divali, la fête de la lumière, a été marquée sur le plan culturel par la présence de vedettes de la télévision indienne qui ont su enflammer les foules au cours des divers spectacles présentés à travers l’île. Des moments magiques, mais aussi des ratés, comme cette « absence » de l’actrice vedette Katrina Kaif, dont la venue avait pourtant été annoncée par les organisateurs. L’absence de la superstar de Bollywood a provoqué le mécontentement du public dimanche à Triolet, au cours de la Divali Nite organisée par la Gahlot Suryavanshi Rajput Sabha. Le chanteur indien Farid Ahmed et le mauricien Claudio Veeraragoo ont, du mieux qu’ils ont pu, sauvé cette soirée également ponctuée de nombreux problèmes techniques. Farid Ahmed était également présent à Vacoas, où il a déployé une belle énergie aux côtés des finalistes de Sa Re Ga Ma Pa, dont Rini Chandra, Harpreet Deol et la musicienne Ouma Devraj, qui a fait montre de son immense talent au clavier.
Le Caudan Waterfront a également présenté le spectacle Les Rêves de Shakti, mis sur pied par Giovanni Bouton. Pendant plus d’une heure, une dizaine d’acteurs et de danseurs ont présenté un spectacle haut en couleurs racontant l’histoire d’une fille tourmentée qui, après un rêve, découvre l’amour, la joie et le partage. Giovanni Bouton a voulu montrer le passage de l’obscurité à la lumière à travers des costumes orientaux et des danses comme le hip-hop, le Kathak et le bharatnatyam. Mardi, c’était au tour des danseurs du Rajasthan d’évoluer sur le front de mer. Un show qui qui a fait danser les travailleurs indiens et les enfants rassemblés en grand nombre pour célébrer Divali.
Le public était également nombreux aux célébrations organisées mardi soir au centre commercial de Grand-Baie La Croisette. Mauriciens comme touristes ont beaucoup apprécié le spectacle de danse reprenant l’épopée du Ramayana.