À partir de cette semaine commencera une série célébrations et de commémorations pour l’arrivée des premiers travailleurs engagés, le 2 novembre, et la fête de Divali, le 7 novembre.

Ces deux manifestations ont une dimension nationale et sont marquées par un congé public. L’arrivée des premiers travailleurs engagés à Maurice, il y a 184 ans, fait partie des événements fondateurs de Maurice étroitement associés au peuplement du pays. C’est l’occasion se rappeler les circonstances historiques dans lesquels les premiers travailleurs sont arrivés aux pays sous contrat en provenance de plusieurs régions de l’Inde, dont du Bihar et du Gujarat, entre autres, pour remplacer les esclaves dans les champs de cannes, où ils ont connu pendant des années une vie comparable à l’esclavage.

Sur la base de l’expérience mauricienne, l’engagisme s’est par la suite répandu dans d’autres pays de la région et dans le monde, dont l’Afrique du Sud et la Guyane. Mais la commémoration de l’arrivée des premiers travailleurs engagés est aussi l’occasion de se rappeler la résilience et de la résistance de ces travailleurs face à l’oligarchie et aux colonisateurs de l’époque, le rôle des grands tribuns qui les ont soutenus dans leur lutte et le chemin qu’ils ont parcouru au fil des années, parallèlement ou aux côtés des descendants d’esclaves, pour devenir une force politique ayant débouché sur l’indépendance et qui continue d’être une force motrice dans le développement économique et politique du pays. Au fil des années, la célébration du début de l’engagisme a pris la forme d’une grande mobilisation nationale comprenant les dignitaires de tous les bords politiques à l’Aapravasi Ghat, qui est devenu un patrimoine mondial de l’humanité. Cette année, l’invité d’honneur à cette cérémonie sera le Speaker de l’Assemblée législative du Bihar, qui permet de rappeler que l’inde est un pays de peuplement de Maurice.

La cérémonie n’est toutefois pas exempte de la politique partisane et les observateurs politiques avisés peuvent des fois déceler des signaux concernant la tendance politique du moment.

Le Divali, aussi connu comme la fête de la lumière, occupe de son côté désormais une place de premier plan parmi les grandes fêtes religieuses du pays. À travers le pays, des Mauriciens multiplient en effet d’efforts d’imagination pour décorer leurs cours et leurs maisons de lampions multicolores, qui ont remplacé dans beaucoup de cas les lampes en terre d’autrefois.

C’est également une fête de partage entre voisins, amis et collègues caractérisée par la distribution de gâteaux. Mais aussi une occasion où la religion et la politique s’entremêlent allégrement. En période électorale, il arrive que des organisations socioculturelles affichent ouvertement leurs couleurs en faveur de l’un ou l’autre parti politique. Il est d’ailleurs difficile chez nous de faire une démarcation nette entre la religion et la politique car tous deux ont un lien intrinsèque.

Personne ne peut nier qu’historiquement, les livres sacrés ont permis de mobiliser différentes communautés religieuses à Maurice qui, au fil des temps, sont devenues des forces politiques. Il serait difficile d’empêcher les partis politiques d’utiliser les fêtes religieuses pour mobiliser leurs partisans à travers le pays. Ce sera le cas aussi bien pour le PTr que pour le MSM dans les jours à venir. Ce qui constituerait un danger pour un pays comme Maurice, c’est l’instrumentalisation d’un gouvernement par un groupe religieux ou un autre. Il importe donc de veiller à ce que le pouvoir en place s’occupe en premier lieu de l’intérêt commun de la nation, indépendamment de la race, de la communauté et de la religion de tout un chacun.

Par ailleurs, il est intéressant de noter qu’il n’y aura ni PNQ ni interpellation lors des travaux parlementaires la semaine prochaine en raison de la présentation du budget supplémentaire, bien que les débats sur la Judicial and Provision Act pourraient donner lieu à des échanges intéressants. Il faut dire que cette législation est considérée par les partis de l’opposition comme une violation du principe de séparation des pouvoirs en raison des amendements proposés pour accorder plus de pouvoirs à l’Attorney General pour nommer les membres de la Law Reform Commission.