Comme chaque année, l’association socioculturelle rastafarie commémore, le 2 novembre, l’anniversaire du couronnement d’Hailé Sellassie, roi d’Éthiopie et considéré comme une figure spirituelle de haut rang. Ce vendredi, l’association a prévu sur le triangle de Chamarel à partir de 18 h une nuit de célébrations : partage de repas des Rastas, chants et réflexions et nayahbingi (chants et prières). Cette manifestation, indique José Rose, président de l’association, entend valoriser les principes de cette communauté, qui demeure assez mystérieuse pour bon nombre de personnes.
L’on compte environ 20 000 Rastas à Maurice. Cette communauté commémorera vendredi le 83e anniversaire du couronnement d’Hailé Sellassie, ancien roi éthiopien, qu’elle considère comme le chef spirituel rastafari.
À cette occasion, l’association socioculturelle rastafarie souhaite faire connaître à la population mauricienne cette communauté qui, indique son président José Rose, est souvent mal comprise. Il invite ainsi les Mauriciens à participer à une nuit de célébrations vendredi à Chamarel en vue de partager avec eux cette culture. Des repas typiques, dont ceux préparés avec du manioc et de l’arouille, de la musique rastafarie, entre autres, seront rendez-vous.
« Ce rassemblement est organisé chaque année à Chamarel », soutient José Rose. Selon lui, c’est un moyen pour l’association de réitérer sa demande concernant la préservation de ce village comme lieu historique de descendants d’esclaves d’Afrique.
Le mouvement rastafari a été fondé dans les années 1930 en Jamaïque par Marcus Garvey. Rastafari est un mot éthiopien, « ras » signifiant seigneur et « tafari » celui qui est craint. C’était le nom donné au dernier empereur de l’Éthiopie, Hailé Sellassie, considéré aussi comme le messie et le libérateur des Africains. Le mouvement rastafari est assimilé par certains à une religion, par d’autres à une philosophie, voire à une idéologie ou un syncrétisme pour ses références à la Bible. Les rastafaris, eux, le conçoivent comme la révélation d’un mode de vie, fondé sur leur loi – la Torah – inspiré par Hailé Selassie qu’ils considèrent comme leur parrain. L’association socioculturelle rastafarie de Maurice, créée en 2001, compte 350 membres. La philosophie rastafarie prône un détachement de la vie matérielle, la non-violence, le végétarisme, l’attachement à la bible et la paix universelle.